OPINION. Avec la crise sanitaire, le taux d’épargne dépassait à la rentrée les 20 %. Cette nouvelle épargne est dirigée en partie vers les structures de finance citoyenne et éthique, qui bénéficient d’une prise de conscience sociale et écologique, une volonté de nouveau monde. Mais, malgré sa progression, l’épargne solidaire ne représente toujours que 0,3 % de l’épargne des ménages français. Amandine Albizzati, Bernard Horenbeek et Erwan Boumar appellent à un soutien politique plus fort pour faciliter les solutions de finance éthique existantes et les faire connaître du grand public. Pour eux, “le temps des demies mesures est terminé”.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici