Mise au point par l’entreprise auvergnate, cette innovation ouvre de nouvelles opportunités de recyclage pour les 42 millions de tonnes de textiles polyesters produits dans le monde chaque année. Elle repose sur l’utilisation d’un procédé biochimique, au lieu des techniques mécaniques traditionnelles.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici