Et si à force de vouloir se différencier, les espaces publics finissaient par se ressembler tous ? C’est l’étonnant paradoxe soulevé par la chercheure Sonia Curnier au terme de son travail de thèse, basé sur l’analyse approfondie – et la comparaison minutieuse – d’une quinzaine d’espaces publics européens aménagés entre 2000 et 2015.

Lire l’article

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici