Les deux biologistes Marc Cheylan et Frédéric Médail expliquent, dans une tribune au « Monde », qu’après le « mégafeu » qui a ravagé le massif des Maures la biodiversité est fragilisée, mais pas anéantie.

 

Lire l’article

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici