dimanche, octobre 2, 2022

Musiques du monde, écologie

Notre webradio diffuse des musiques des sept continents ainsi que des Infos sur les problématiques environnementales et sociales. Cinq fois par jour, retrouvez le journal de RFI et toute la journée les émissions de nos journalistes et chroniqueurs qui œuvrent à la prise de conscience écologique.

Accueil Blog

L’Actu des Oublié.es • Saison III • Episode 1 • Liban: L’inflation gagne et la colère gronde

0

Le 14 Septembre à Beyrouth, Sali Hafiz pénètre dans sa propre banque, une arme factice en main, pour obtenir les sous qu’elle possède. Son geste provoque une vague de braquages, révélant la tension que génère la crise économique et ce système qualifié de bancocratie par les associations en lutte.

L’occasion de revenir sur l’histoire du Liban et sa situation actuelle alors que se profilent partout des luttes contre la vie chère.

Avec Jean Pierre Séléni, journaliste à Orient XXI.

 

SOURCES

L’Orient Le Jour

Orient XXI

Reportage RFI de Noé Pignède Liban: 17 octobre, la révolution manquée

Reportage d’Arthur Sarradin Liban: la Révolution naît des entrailles du chagrin

 

VISUEL

Protestations à Beyrouth, octobre 2019

Roman Deckert, source wikimedia commons

 

MUSIQUES

1’51 Malikah – 3am 7arib (I am fighting)

11’33 Rayess Bek – Thawra

19’39 Rap franco-libanais (Anonyme)

22’03 Serge Nader – Nous sommes libanais

L’Actu des Oublié.es • Saison II • Episode 18 : Abolir la police 2/2

0

L’Actu des Oublié.es • Saison II • Episode 18 : Abolir la police 2/2

Après avoir évoqué les mouvements pour l’abolition de la police et les grandes lignes théoriques de cette perspective, nous partons cette semaine en différents endroits du monde pour découvrir des mouvements en lutte qui développent un autre rapport les un.es aux autres. Intimement liée au lien social, à la confiance entre les êtres et à une forme élaborée de démocratie directe, la justice transformatrice fait partie intégrante de ces sociétés qui ont jugé nécessaire, de part leur histoire, de remettre en cause les institutions policières et judiciaires patriarcales, voire l’état nation dans son ensemble.

SOURCES
Défaire la Police
L’Aventure abolitionniste
Sur des méthodes de justice transformatrice : A World Without Prison / Revolution Starts at Home

Mexique :
Revue Mouvement n°4 : Autodétermination et police communautaire au Guerrero
Cahiers de la « Petite école zapatiste », disponibles en français sur Ztrad.toile-libre.org.
Radio Zapatista

Rojava :
La Commune du Rojava & Nous vous écrivons de la révolution, Syllepse.
Ritimo.org
Rojava Info

Chronique Palestine.com : La responsabilité communautaire comme alternative au système policier
ALA Info.net : Venezuela, el Horizonte comunal

MUSIQUES
Amor e Sangue en Chiapas de Garcia MC
Rojava du rappeur kurde Hassune
Abuso de poder de la rappeuse vénézuelienne Gabylonia

VISUEL
Femmes brandissant drapeau et foulard kurdes à la fenêtre d’un bus. Auteur : Sunrise Odyssey (wikimedia commons)

Bioacoustique en mer : pour quoi faire ?

0
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La bioacoustique apporte des informations essentielles, particulièrement en mer . Pourquoi ? comment ? Quelle aide dans la protection de la biodiversité?

Vous allez tout savoir grâce à Marion POUPARD, scientifique , qui nous dévoile sa passion pour la bioacoustique.

www.longitude181.org

PPDA : « Trente-cinq ans de prédation sexuelle »

0

La voix que vous venez d’entendre est celle d’Hélène Devynck, autrice de l’essai Impunité paru au Seuil et invitée de l’émission « La Grande Librairie » diffusée hier, le 21 septembre 2022, sur France 5.

Dans cet ouvrage, elle fait part de son viol qu’elle attribue à Patrick Poivre d’Arvor, ancien présentateur du JT de TF1 et omniprésent dans le monde littéraire, elle apporte aussi une vingtaine de témoignages de femmes ayant subi le même sort qu’elle avec une constante dans le modus operandi, elle attire également l’attention sur l’omerta inhérente à pareille situation, les complicités cachées sous les termes «Vous inventez », « Vous étiez semi-consentante », « Vous n’êtes pas une oie blanche », « Vous êtes une écervelée », « Vous cherchez la lumière », « Vous êtes beaucoup dans la séduction », « C’est de la vie privée », Cela ne nous regarde pas », « C’est de la vieille histoire », « On passe à autre chose »…

« Trente-cinq ans de prédation sexuelle », selon Hélène Devynck.

J’ai particulièrement bien connu cette douloureuse problématique pour, en 1994, avoir publié le livre Moi, Nathalie, violée par mon père paru aux Presses du Lion et qui donna la parole à une jeune mère de famille qui avait subi l’inceste paternel quasiment toute son adolescence. Ici, aussi, il y avait la fameuse disposition juridique stipulant que dix ans après les faits, eh bien, la Justice s’en lave les mains car il y a prescription.

De plus, autant la victime, que l’éditrice et moi-même, avons subi des pressions, voire des menaces pour nous obliger au silence. Cela décupla nos forces et le livre rencontra une énorme attention du public et des médias.

L’auteur, lui, est décédé de sa belle mort dans son lit sans avoir été inquiété par la Justice.

Hélène Devynck, et toutes les autres femmes, quelque soixante-dix, paraît-il, vivent ce même genre de déni, de climat de complaisance à l’égard de celui qu’elles accusent, de banalisation et, pour finir, d’impunité.

Voici un extrait significatif du témoignage de cette ancienne journaliste au courage et à la solidarité exemplaires : « Raconter un viol est une réalité dangereuse. J’ai témoigné pour que ça cesse. On a parlé et il ne se passe toujours rien. Le classement sans suite a été une claque. Comment font celles qui restent seules ? »

Oui, comment font-elles toutes ces victimes dans ce qui s’apparente trop souvent comme de la « lâcheté d’un groupe social », spécifie l’autrice, la tendance à confondre l’autorité avec la vérité, l’indifférence ?

« Il faut mettre en adéquation les paroles et les actes », ne pas tourner la page après avoir lu ce témoignage, à avoir écouté cette chronique : il faut agir.

Agir de manière concrète auprès de vos élus – ils sont payés pour cela – pour que cesse cette loi de la prescription élevée comme un dogme, il s’agit quand même de viols, pas d’un vol de pomme à l’étalage.

 

Photos : captures d’écran et P.Gf.

Sauver la liberté d’expression (1/5)

0

L’essai Sauver la liberté d’expression de Monique Canto-Sperber, philosophe et directrice de recherche au CNRS, publié dans la collection Espaces Libres chez Albin Michel, pose quatre questions fondamentales dans notre société contemporaine :

  1. Comment éviter que l’expression libre ait pour effet d’empêcher les autres de parler ?
  2. Comment laisser s’exprimer tous les points de vue sans pratiquer de censure préalable des propos ?
  3. Comment éviter que la parole publique expose à son auteur une stigmatisation sans appel ?
  4. Comment résister ?

L’autrice répond à ces questions en quatre cents pages et je vais tenter de vous livrer quelques extraits qui peuvent éclairer notre lanterne.

« Toutes les opinions, même les plus discutables, même les plus choquantes, doivent être tolérées sur els campus comme en société – du moins tant qu’elles sont des opinions, et non des propos de haine travestis en opinions… »

« Même les plus ardents défenseurs de la liberté d’expression admettent qu’il y a des choses à ne pas dire : les fausses nouvelles, la pornographie infantile, la diffamation, les injures, en particulier les injures raciales… Tous considèrent que bannir de l’espace public les propos nocifs libère la vie sociale de la violence des mots sans nuire pour autant à la diversité des opinions ni obliger au conformisme : la conversation continue, et il reste toujours possible de dire et d’entendre quelque chose de différent. »

Autre considération émise par l’autrice est que « l’une des premières vertus de la liberté d’expression est de permettre que l’on rencontre un jour son contradicteur. »

D’autres réflexions à ce sensible aspect de la vie en société seront diffusées dans de prochaines chroniques.

Baptiste Morizot : quand la philosophie examine notre rapport aux cétacés…

0

Que nous font découvrir les philosophes sur notre rapport aux cétacés ? Une question pour Baptiste MORIZOT, auteur de  » Manières d’être vivant »  qui nous donne ses premières reflexions après une expédition de 2 semaines en Mer Méditerranée. Une autre manière d’envisager les cétacés…

 

L’énigme des tableaux fantômes

0

L’autrice Marguerite Yourcenar a été la première femme élue à l’Académie française, c’était en 1980. Trois ans plus tôt, elle avait fait état de Bailleul dans son ouvrage Archives du Nord, livre de mémoires autobiographiques.

Marguerite Yourcenar statufiée à Bailleul.

Elle y évoquait la vie de ses aïeux paternels, les Cleenewerck de Crayencour, l’histoire de Bailleul et de la Flandre française.

Par cet écrit, “elle donna une portée universelle à cette famille de la haute bourgeoisie du Nord”, selon Fabienne Viala dans son essai Le Labyrinthe du monde de Marguerite Yourcenar.

Cette dynastie des Crayencour “s’offre comme miroir où se reflètent les vices et les vertus de la nature humaine”, precise-t-elle.

Un monument est dédié à Marguerite Yourcenar à Bailleul, il est situé en face du Musée Benoît-de-Puydt, du nom d’un mécène natif de la cité.

Un musée qui a une « âme ».
Mme Justine Thorez, community manager, assistante du régisseur des œuvres au Musée Benoît-de-Puydt, au micro de Fréquence Terre.

Une belle occasion de se rendre dans ce lieu où des « Tableaux fantômes » attendent les visiteurs, œuvres qui, effectivement, méritent une attention particulière.

D’ailleurs, Bailleul fut décrite par des Anglais comme le « Petit Cluny du Nord » grâce audit musée, que j’ai visité sous l’aimable conduite de Justine Thorez, assistante du régisseur des œuvres :

« Louis-Henri Hans, un ami de Benoît De Puydt a légué quelque quatre-vingts objets dont une soixantaine de peintures.

Malheureusement, elles furent pratiquement toutes détruites durant la Première guerre mondiale, alors que la collection du musée l’était à plus de 80%.

De ces quatre-vingts objets, il reste cinq peintures et un bénitier en ivoire.

Tableaux fantômes.

Le deuxième conservateur du musée avait réalisé une description très détaillée de cette collection de peintures de Louis-Henri Hans. Elle fut retrouvée et le troisième conservateur eut l’idée de mettre les textes au format des tableaux. Ils sont exposés sur le mur comme des peintures.

En lisant ces textes on peut imaginer la collection de peintures que pouvait posséder le musée.

C’est un concept original en France, que l’on ne retrouve pas dans d’autres musées. »

Mme Justine Thorez pour un chaleureux et très documenté accueil.

Néanmoins, dans la foulée de ces textes exposés, un projet a été lancé il y a une dizaine d’années :

« Luc Hossepied, directeur de la plus petite galerie du monde -ou presque – à Roubaix, a proposé à des artistes contemporains de réaliser des œuvres en s’inspirant des descriptions écrites, comme ‘‘Sur une pelouse devant un épais massif de verdure…’’

Ces artistes ont repris des textes, ont effectué des recherches et trouvé de la documentation sur les peintres de l’époque et ont donc réalisé des œuvres contemporaines : peintures, photographies, dessins, céramiques…

Et ces œuvres sont visibles au deuxième étage du musée ! »

Trappiste jardinier au Mont des Cats.
Les dauphins de la fontaine.

Assurément, outre les lieux décrits dans une précédente chronique, tels le beffroi qui repose sur une salle gothique sauvée des bombardements, la fontaine de la place Liénart et ses dauphins qui supportent la vasque de bronze, le tympan des Corporations de l’église Saint-Vaast, le Présidial, l’École dentellière…, le Musée Benoît-de-Puydt  propose un superbe cabinet en écaille « que l’on achetait comme on aurait acheté un tableau », et, justement, voici trois tableaux, parmi des dizaines, qui m’ont plu : Scène dans un café lillois d’Albert Dequène (1924) ou c’est extraordinaire Trappiste jardinier au Mont des Cats d’Émile Salomé (1877), voire La mort de Dom Lacaes par Pierre-Louis-Joseph De Coninck en 1893.

La mort de Dom Lacaes.

Quelques trésors européens enrichissent ce sympathique musée, dont l’Adoration des Rois Mages attribuée à Pierre Breughel II, une Vierge à l’enfant sculptée au XIVe siècle, des céramiques hollandaises, flamandes, orientales…

 

Reportage photographique : Marie-Paule Peuteman

 

Bailleul et la protection de la fée Mélusine

0
Pierre Guelff - Musiques du monde, Infos environnement - Fréquence Terre
Pierre Guelff – Musiques du monde, Infos environnement – Fréquence Terre

Bailleul est une ville d’une quinzaine de milliers d’habitants de la Flandre française qui fut quasiment détruite par les Allemands en 1918, puis rebâtie dans un style néo-flamand qui lui va à ravir. « Bailleul, modèle d’une reconstruction flamande », tel est le slogan suffisamment explicite qui y est clamé.

Le centre historique de la ville est incontestablement la Grand-Place et ses environs immédiats.

Hôtel de ville (Photo Marie-Paule Peuteman)

Bien entendu, visible à des kilomètres à la ronde, le beffroi accolé à l’Hôtel de ville attire l’attention. Inscrit au Patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO, il émet depuis son sommet des ritournelles grâce à trente-cinq cloches.

La salle gothique qui est à sa base et le Présidial de Flandre tout proche sont, eux, classés aux Monuments historiques.

La base du beffroi est en grès et date du XIIIe siècle, il comporte une salle gothique aux murs d’1m20 d’épaisseur, ce qui fit qu’elle résista aux bombardements.

On y lit : « De 1920 à 1934, un immense chantier fait renaître Bailleul en style néo-flamand inspiré de Bruges et édifie des pignons aux briques de sable, à pas de moineaux, à volutes ou rectilignes ».

Un message qui devrait fleurir dans toutes les communes (Photo Marie-Paule Peuteman).

J’ai particulièrement apprécié le côté écologique développé au pied de cet imposante mairie et le message planté dans le gazon y faisant face : « Sensibiliser la population à la préservation de la biodiversité ».

La vaste place Liénart à quelques pas de là, est dévolue à ce cardinal (1884-1973), évêque de Lille, plus jeune évêque de France en 1928, promu cardinal en 1830, il mena une politique sociale hardie par sa défense permanente du monde ouvrier et participa activement aux commissions de Vatican II.

Château d’eau et église Saint-Vaast (Photo Marie-Paule Peuteman).

Au centre de la place a été érigée une fontaine qui a connu un destin assez mouvementé. En voici trois phases :

  • Relevée de ses décombres, inaugurée en 1932, cette fontaine publique est l’exacte reproduction de l’ancienne.
  • Arrêtée pour faits de guerre et par manque d’eau pendant plus de trente ans, elle fut restaurée et remise en marche le 3 avril 1970.
  • Inaugurée le 16 septembre 2006, elle retrouva sa place au sein du patrimoine bailleulois pour offrir à nouveau son doux chant de l’eau.
Fontaine « sauvée des eaux »…(Photo Marie-Paule Peuteman).

Sur la place, on distingue aussi l’imposant château d’eau mis en service en 2011. Ce Château d’eau du Taillis compte 235 marches pour une hauteur de plus de quarante-cinq marches et en impose par sa structure.

L’imposante église Saint-Vaast, également sur cette place, est de style romano-byzantin et comporte trois porches avec, au-dessus du central, le tympan sculpté représentant le Christ roi.

L’imposant chœur de l’église Saint-Vaast (Photo Marie-Paule Peuteman).

Si les vingt-trois vitraux racontent l’historique de la ville, cet édifice est particulièrement dévolu à Notre-Dame du Fief en Flandre et honore saint Antoine, parmi tant d’autres.

Le Portail des Corporations contient des blasons de métiers et l’Art déco prédomine à l’intérieur avec, aussi, un air byzantin et une alternance de couleurs dans les briques et les frises.

De petites niches accueillent la représentation de saints en mosaïque, tout comme plusieurs endroits de ce lieu de culte qui font honneur à cet art décoratif.

L’origine de l’église est très ancienne (le portail roman daterait du XIIe siècle), sa flèche fut détruite pendant la Révolution française pour y installer le télégraphe de Chappe.

Il y a tant de saints à honorer dans cette église, que les luminaires (et les troncs !) à leur effigie sont légion. Ici, vous avez le choix pour une neuvaine, Jean-Paul II, Jean XXIII, saint Joseph, sainte Thérèse, saint Antoine, sainte Rita, Notre-Dame du Fief, Notre-Dame de Lourdes (Photo Pierre Guelff).
Arbre de Paix (Photo Pierre Guelff).

Un peu plus bas que l’église, voici l’Arbre de la Paix, un peu maigrichon à côté du massif monument aux victimes des guerres (surtout des civils), puis l’école dentelière et le Présidial.

L’École dentellière (Photo Marie-Paule Peuteman).

 

 

 

 

À l’école, on y explique cette tradition bailleuloise depuis 1664. Le bâtiment fut reconstruit en 1925 par l’association « Le Retour au Foyer » (« Secours immédiats aux régions libérées » -1917) grâce à un mécène américain, Nelson Cromwell, dont le buste trône à l’entrée de cet édifice qui se visite en plus d’y être un lieu d’enseignement apprécié.

Le Présidial de Flandre se situe à quelques pas de là. Transféré d’Ypres en 1713, construit en 1776 sur d’anciens cachots du XVe siècle, c’est le plus ancien bâtiment de la ville. Il est l’expression du classicisme français et non de style néo-flamand.

Le Présidial (Photo Marie-Paule Peuteman).

Le Présidial fut la cour de justice pour toute la Flandre française du côté de la Mer du Nord. Ce transfert amena maints magistrats, juges, avocats, employés, greffiers, huissiers dans la cité.

Bailleul, c’est encore le Mardi Gras et son géant Gargantua, alors que Mélusine trône au sommet du beffroi en « Gardienne des Bailleulois ».

Mélusine était une fée qui apportait la gloire, la richesse, la force et la puissance, elle était aussi une inspiratrice de talent : n’a-t-elle pas construit la chapelle pour la cérémonie de son mariage en une nuit ?

Elle faisait surgir, comme par enchantement, un château juché sur une colline, des couvents, des églises… Cette mère de dix enfants modèle, apportait la prospérité en plus d’être une très jolie et aimable femme.

Deux légendes suivent cette première narration. La première dit qu’elle travaillait la nuit, au clair de lune et avant le chant du coq, mais qu’elle arrêtait sa construction si on la surprenait à la tâche.

C’est la raison pour laquelle, prétend-on, certains édifices sont restés inachevés : il manque la dernière pierre de la flèche (qui culmine à 75 m) de l’église Notre-Dame de Niort, par exemple.

La fée Mélusine au sommet du beffroi de Bailleux (Photo Marie-Paule Peuteman).

Deuxième légende : une sorcière avait prédit à Mélusine que, si, un samedi, son mari la regardait en secret prendre son bain, elle resterait à tout jamais transformée en femme-serpent, c’est-à-dire très jolie femme jusqu’au nombril, ensuite le corps se terminant par une queue de serpent.

Son mari, Raymondin, avait accepté pareil marché et ils eurent même dix enfants, jusqu’au jour où, poussé par la curiosité, voire une jalousie non fondée, l’homme regarda…

Ancienne girouette de Mélusine exposée au Musée De Puydt (Photo Marie-Paule Peuteman).

Surprise, Mélusine hurla et plus jamais son mari ne la vit sous une forme humaine.

En revanche, nous, nous nous retrouverons dans une prochaine chronique pour évoquer Marguerite Yourcenar et des “Tableaux fantômes”, également à Bailleul.

 

La Terre vue par… Yann Arthus-Bertrand

0
Strorylific sur Fréquence Terre la Radio Nature

Yann Arthus-Bertrand, photographe, écologiste, grand amoureux des paysages et des gens. Le rencontrer, s’est s’envoyer une grosses dose d’humanité.

Dans cette interview enregistrée à Hope Production en bord de Seine, nous retraçons son parcours, le Kenya qui l'a tant marqué, la Terre vue du Ciel, le Dakar… . Mais surtout on parle de nos parcours humains à tous, et de notre devoir d'action pour l'avenir de notre si belle Terre, et surtout de ses habitants.

A écouter absolument.

Et pour partager les astuces dont on parle dans l'épisode, voici le lien vers le répondeur: https://www.speakpipe.com/storylific
Un énorme merci à toi qui prendra le temps de faire avancer les choses dans la bonne direction. Car « seul on va vite, ensemble on va loin » 😉

> tous les liens vers ses films en libre accès sont sur la page de l'épisode sur Storylific.com:

https://www.storylific.com/yann-artus-bertrand-photographe-realisateur/

Suivre Yann Arthus-Bertrand et sa fondation Good Planet

Instagram: Yann Arthus-Bertrand | Fondation Good Planet pour une bonne dose d’inspiration pour ceux qui veulent une transition.

Facebook: Yann Arthus-Bertrand | Fondation Good Planet

Sites web: http://www.yannarthusbertrand.org/ | https://www.goodplanet.org/fr/ & https://www.goodplanet.be/fr/

Soutenir la reforestation:

Storylific a pour mission de faire du bien à l'esprit tout en faisant du bien à la planète.
50% des gains du podcast sont reversés à la lutte contre le changement climatique.

Pour soutenir financièrement le podcast et lui permettre d'être pérenne: microdons welcome sur www.patreon.com/storylific

Pour soutenir gratuitement le podcast: abonne-toi, donne-lui une super évaluation sur Apple Podcast, et parles-en autour de toi car plus on a d'oreilles, plus on plante! Pas l'habitude des podcasts? Suivre ce lien: je t'explique comment faire tout cela.

Storylific sur les réseaux sociaux

Instagram:@storylific
Facebook: storylific
Linkedin: storylific

###Newsletter: s'abonner pour recevoir de rapides nouvelles du projet, des coulisses du podcast et autres news sympa 1x/mois.

Retrouvez ce podcast sur le site Storylific

Élizabeth II : indécente idolâtrie (en partenariat avec POUR)

3
Musiques du monde, Infos environnement - Fréquence Terre
Musiques du monde, Infos environnement - Fréquence Terre

Si vous ne le savez pas encore, quel que soit le recoin que vous habitez sur la planète, à moins de sortir du coma ou d’une cure de sommeil, la reine Élizabeth II est décédée.

Partout, dans le monde, il ne s’agit que de cette mort au point d’éclipser la Guerre en Ukraine, les crises climatiques, énergétiques et financières qui plongent davantage dans la détresse des millions de personnes, jusqu’à l’anniversaire des attentats du 11 septembre 2001.

Même Libé, quotidien prétendument de gauche, donc pas forcément monarchique, lui consacra dix-neuf pages dans une édition spéciale le 9 septembre, alors que la très républicaine France fait mettre en berne tous les drapeaux, de quoi se faire retourner dans leurs tombes tous les humanistes, car, Élizabeth II ne fut certainement pas un modèle de fraternité universelle. Que du contraire !

Rares, très rares, sont mes confrères qui osent émettre un commentaire ne glorifiant pas le règne de la défunte âgée de 96 ans.

Alors, il me faut quand même rappeler que cette ultra-nantie parmi les nantis, privilégia les affaires à ses enfants, avait une très haute estime d’elle-même et se plaisait à manier la subordination, ferma délibérément les yeux sur les atrocités commises par l’impérialisme qu’elle chérissait, était étroitement liée au racisme déployé par le colonialisme…

Dès lors, cette personne mérite-t-elle pareille idolâtrie ? Pour ma part, je la trouve indécente et je me pose aussi la question fondamentale : pourquoi en est-on arrivé à pareil matraquage dans la majorité des médias et, bien entendu, sur les réseaux sociaux ?

Parce que l’esprit critique tend de plus en plus à s’estomper, occulté qu’il est par la facilité à se reposer sur des algorithmes qui caressent dans le sens du poil et, a fortiori, conditionnent les utilisateurs dans ce qui est le plus « bankable », comme on dit, justement, à Londres, et que l’on traduit en français par « qui rapporte de l’argent ». Beaucoup d’argent !

Élizabeth II sous toutes coutures, du mug au parapluie à son effigie, des millions d’euros dépensés pour ses funérailles provenant des taxes et impôts des citoyens, non de la colossale fortune royale, de retransmissions en direct, des documentaires, des éditions spéciales en télévision et à la radio, j’en passe et pas des moindres, pour, dans le fond, taire volontairement ce qui n’est pas « bankable », telle la présente chronique.

Le magazine POUR et votre radio Fréquence Terre cassent délibérément cette indécente idolâtrie car ils restent en conformité avec leur philosophie : celle de la fraternité universelle, un concept particulièrement absent de l’ancienne reine britannique.