7:30 - mardi septembre 27, 2016

11 octobre 2014 – journée anti TAFTA (traité transatlantique)

Lu 2236 fois Philippe Boury 0 réaction
© collectifstoptafta.org
© collectifstoptafta.org

Ecocités est le rendez-vous des initiatives locales qui tentent de rendre la ville et la société plus durable. Initiatives citoyennes ou actions menées par les collectivités, elles restent à ce jour encore possibles.

Mais en sera-t-il encore de même dans quelques années ?

La question peut se poser cruellement alors que se négocie en ce moment le fameux traité transatlantique. TAFTA, CETA, ou TISA, ces sigles désignent des accords de libre-échange et d’investissement négociés dans le plus grand secret. S’ils sont adoptés, ils consacreront la domination des multinationales sur nos sociétés, au détriment des citoyens et de la démocratie. Présentés comme le remède miracle à la crise et comme solution à la relance de la croissance, ces accords s’attaquent en fait aux normes sociales, financières, sanitaires, culturelles et environnementales.

Concrètement, si elles s’estiment lésées, les multinationales pourront poursuivre les Etats ou les collectivités locales devant des tribunaux d’arbitrage privés. Ces accords menacent donc de mettre en péril ce qui rend nos sociétés encore vivables.

Pour tenter de contrer ce qui se trame, la mobilisation des citoyens européens prend de l’ampleur. Des nombreuses pétitions circulent sur le net et des actions fleurissent un peu partout.

© collectifstoptafta.org

© collectifstoptafta.org

Le point d’orgue de cette mobilisation sera le samedi 11 octobre. La journée européenne d’action se déclinera localement, partout en France.

L’occasion pour chacun de nous de se déclarer « hors TAFTA » pour faire échouer ces négociations.

  • A Paris, le rendez-vous est donné place de Stalingrad, à 14h30.

 

Et alors qu’une poignée de financiers réfléchit à comment partager les richesses mondiales entre privilégiés, une question se fait plus urgente : Comment nourrir les villes du futur dans 30 ou 40 ans ?

En 2050, nous serons entre 9 et 10 milliards d’habitants sur la planète, en majorité des urbains. Pour résoudre cette équation, différents modèles s’affrontent. Entre d’un coté une agriculture de plus en plus industrialisée avec serres géantes et fermes surdimensionnées, et de l’autre des productions locales, bio et en jardins partagés, comment nos sociétés souhaitent-elles s’alimenter ?

© Alimenterre

© Alimenterre

Cette question est au centre du Festival du film documentaire « Alimenterre » qui se déroule du 15 octobre au 30 novembre 2014.

A partir d’une sélection de films documentaires, ce festival invite chacun à débattre avec des spécialistes sur les enjeux agricoles et alimentaires Nord – Sud. Et pour cette 8ème édition, le festival s’ouvre à l’international. Il se décline en France, dans plusieurs pays européen, ainsi qu’en Afrique de l’ouest et sur le continent américain.

Parmi les évènements, citons notamment la projection du film « Nourrir les villes : un enjeu pour demain », de Irja MARTENS, le 21 octobre à Paris. Proposé par le Réseau d’Etudiants pour le Développement Durable et la Maison des Acteurs du Paris durable, le film balaye plusieurs alternatives agricoles. D’un agro-parc géant à Bangalore en Inde, jusqu’à Berlin, capitale de l’agriculture urbaine, le tour d’horizon exposé servira de base au débat proposé ensuite.

  • Rendez-vous le 21 octobre, rue des Blancs manteaux, à Paris, dès 18h30.

 

Enfin, pour les internautes et auditeurs du sud-ouest, à noter sur vos agendas la première « Fête de la Réseaulution » organisée par l’association Oloron en transition, à Oloron Sainte Marie, dans les Pyrénées Atlantiques.

Ce samedi 11 octobre, de 10h à minuit, cette fête de la transition énergétique, de l’écologie et des alternatives proposera animations, débats, concerts, conférences et projections. Avec cette journée, « Oloron en transition »  souhaite mettre en lien les différentes organisations et associations locales pour créer une dynamique autour des valeurs de l’écologie, des alternatives, de la transition énergétique, de l’économie sociale et solidaire et de l’éducation populaire.

 

© Oloron en transition

© Oloron en transition

Pour aller plus loin :

 

The following two tabs change content below.
Philippe Boury
Au début des années 80, Philippe Boury s’est lancé, comme tant d’autres, dans l’aventure des radios libres. Il a ainsi participé, de la banlieue lyonnaise à la région parisienne, à la vie de radios militantes, ouvertes sur la société, soucieuses d’être le reflet de la vie locale, culturelle, politique et associative. Militant associatif lui-même, il a toujours souhaité mêlé ses engagements à sa passion de la radio. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi de rejoindre l’équipe de Fréquence Terre, dont il partage les intérêts : survie de la planète, sensibilisation à l’écologie, information sur le développement durable.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
image-11-10-30-15-11-06-ok

Les loueurs de voitures à l’heure de l’électrique (rediffusion)

http://espacepourlavie.ca

Heureux comme un cigale

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire