4:14 - mardi octobre 24, 2017

Frelon asiatique : locallement la riposte s’organise et sans insecticides !

Lu 657 fois Samuel Pécot 0 respond

Rediffusion de la chronique du 18 novembre 2011

En 2008, jugeant dissuasifs et contre productifs les prix pratiqués par les entreprises spécialisées dans la destruction des nids (jusqu’à 1 500 euros suivant la hauteur), des bénévoles ont décidé de prendre les choses en main.

Du côté de Sainte-Foy en Dordogne, ils ont créé une association pour s’assurer, s’équiper (protections, perches de 30 mètres…) et se former afin d’assurer eux-mêmes la lutte contre ce prédateur des abeilles.

La démarche se fait en deux étapes : le piégeage de février à avril et la destruction des nids de mai à novembre.

Pour la destruction, ils ont fait le choix du moins nocif pour l’environnement, en refusant l’utilisation d’insecticides qui seraient nuisibles pour les oiseaux qui nichent à proximité ou ceux qui mangeraient les frelons morts. Ils privilégient donc l’injection d’anhydride sulfureux, même si ce gaz n’est pas totalement inoffensif pour la couche d’ozone.

Ils interviennent sur un territoire composé de 3 Communautés de communes. Leur intervention coûte 25 euros aux habitants qui font appel à leur service : 5 euros d’adhésion à l’Association Sauvegarde de l’Environnement et un forfait de 20 euros pour l’intervention.

Depuis 3 ans, ils détruisent constamment 130 nids par an et pourtant le nombre de communes sur lesquelles ils interviennent a triplé ! C’est ce qui fait dire à Alain JACQUES, le Président de l’association, interrogé dans cette chronique, que ce type d’interventions généralisées sur l’ensemble du territoire permettrait de stopper la progression de l’invasion.

Pour en savoir plus :

Alain JACQUES – Président de l’Association Sauvegarde Environnement

tél. 06 29 22 58 96 – e-mail : ase@voila.fr

The following two tabs change content below.
Samuel Pécot
Chaque semaine dans la chronique TERRE RURALE - TERRE DURABLE, je donne la parole aux acteurs de terrain de l'environnement, qui font de nos territoires ruraux des territoires durables.

Contrairement aux engagements le marché des pesticides reste en hausse

L’homme qui soigne en murmurant à l’oreille des chevaux !

Suggestions
Vous souhaitez réagir ?
Leave a Reply