Avec la fonte des glaces, les navires sont de plus en plus nombreux à emprunter l’océan arctique via le nord de l’Europe, la Russie et l’Asie orientale.

Problème : les icebergs et les récifs ne sont pas sur les cartes, ce qui rend la navigation très risquée à cet endroit du globe. Le moindre accident entraînerait une catastrophe environnementale.

Aujourd’hui, les pétroliers ont des moyens de sécurité active, les doubles coques, qui leur permettent de résister à une collision, mais ils n’ont pas de moyen de sécurité passive, c’est-à-dire de système qui permet d’intervenir pendant la collision. C’est comme si une voiture n’avait pas de ceinture de sécurité. La PME française JLMD a mis au point un système de sécurité passive, son directeur général Gilles Longuève nous le présente.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici