La recharge 2012-2013, du jamais vu depuis une dizaine d’années. Les nappes ont particulièrement bénéficié d’un automne, hiver et début de printemps aux pluies marquées (précipitations de 15 à 20% supérieures à un hiver classique).

Selon le BRGM (Bureau de Recherches Géologiques et Minières), on estime aujourd’hui à 100 milliards de m3 en moyenne, les ressources en eau dans le sous-sol métropolitaine. A savoir que près de 34 milliards de m3 sont prélevés en France chaque année pour répondre aux différents besoins, satisfaire les activités humaines, dont 6 milliards dans les ressources souterraines.

La surveillance du niveau des nappes remonte à la fin du 19e siècle, avec un nombre de points de suivi (piézomètres) en augmentation régulière. En revanche, la mise en place des premières mesures pour l’évaluation de l’état qualitatif des aquifères est intervenue plus tardivement, les premiers réseaux de surveillance de l’état chimique des eaux souterraines datant en France des années 1970, en réponse à la pollution croissante de certains aquifères.

La pollution des eaux souterraines par les nitrates et par les produits phytosanitaires apparaît comme un véritable fléau pour les services en charge de la gestion de l’eau et qui voient se rapprocher 2015 et les échéances des objectifs de bon état écologique fixés par la Directive cadre eau européenne.

Recharge 2012/2013, risque de sécheresse, Quantité et qualité des eaux, impact du réchauffement climatique sur la ressource, etc…autant de sujets abordés par Laurence GOURCY hydrologue au BRGM dans cette chronique.

Bonne écoute !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici