Grêlons
Pluie ou Grêle ?

 

ici, on appelle ça une " cagouille "
Variété d’escargot
Grêlons
Pluie ou Grêle ?

 

Guillaume-b BRESNET, bonsoir ou bonjour, selon l’heure qu’il est chez vous en ce moment ! Merci à votre radio qui nous diffuse, merci à vous pour votre éphémère présence très attentive. Météo France a placé les huit départements de l’Ile-de-France en alerte orange, lundi 17 juin, en raison d’orages attendus dans la matinée pouvant être localement violents.  “Soyez prudents, en particulier dans vos déplacements et vos activités de loisir”

Un nuage de  grêle vient de tomber du ciel.  Le poivron , la courgette et les jeunes fleurs de tomates ont bien supporté le choc. Ouf de soulagement du poète jardinier !  Profitant de l’accalmie céleste, prenons le temps de penser un peu à notre précieuse nourriture, soumise ainsi aux aléas du climat. Il a toujours fallu toute notre attention et surtout celle de nos agriculteurs, pour produire les légumes,  les céréales et les fruits que nous consommons pour vivre. Le monde agricole a toujours connu ces soubresauts de la production qui parfois peuvent conduire  à la ruine d’une exploitation lorsque les emprunts étaient trop forts, trop lourds dans la balance annuelle.

Je vous propose ainsi d’avoir une pensée pour celles et ceux qui chaque jour oeuvrent à embellir la nature et à produire notre assiette quotidienne. J’aimerais tant qu’ils soient protégés du risque financier…. Ils ont bien assez à faire avec le risque climatique. Alors, vive les AMAP, vive les petits producteurs, le maraîchage et le petit élevage. Vive les marchés de France, un grand merci à ceux qui prennent chaque jour leur large part d’ouvrage pour notre et notre nourriture. 

Il y a dans nos campagnes de très belles terres agricoles qui nourrissent les populations depuis plusieurs milliers d’années. On a su combattre les disettes et les famines, c’est bien. On n’a pas su encore offrir un cadre apaisé aux professionnels producteurs. Amap, vente en grande surface, marchés… souvent il sont amenés à diversifier leur offre afin de s’assurer un salaire acceptable et un fonds de roulement… si l’investissement n’a pas trop pris sa part dans le projet. Qui dit investissement dit aussi remboursements.

Il y a dans nos campagnes de belles terres agricoles que l’on voudrait utiliser pour la production d’énergie. Pour le département de la Charente par exemple, des investisseurs tentent actuellement de capter ces terres de qualité pour réaliser des champs de production électrique solaire. Pourquoi pas… mais pourquoi de tels projets là où la terre nourrit son homme. Serait-ce le profit qui serait la motivation réelle de ceux qui nous

 ///// Maintenant, retenez bien l’heure qu’il est à votre montre.  On se retrouve la semaine prochaine à la même heure, sur la même radio. Vous connaîtrez alors, la suite des Contes de l’abri côtier. C’était Guillaume-b, Bresnet  / L’abri Côtier, pour  Fréquence Terre.

2 Commentaires

  1. merci du partage assez intéressant je vais le mettre sur le site des végétaliseurs vous aurez du succès ! amitié Valérie

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici

18 − treize =