4:44 - lundi février 19, 2018

Chronique biodiversité : l’arbre de l’année

Lu 1059 fois Anne-Laurence Mazenq 1 respond

Le magazineTerre Sauvage, en lien avec l’ONF, a rassemblé des partenaires (*) pour créer l’opération « L’Arbre de l’année ».

Cette opération menée dans le cadre de l’Année internationale des forêts, proclamée par les Nations unies a permis de recueillir plusieurs centaines de candidatures sur le site internet de l’arbre de l’année, www.arbredelannee.com. Un comité de sélection s’est réuni en août, pour choisir un arbre par région française.

Après cette première étape, il s’agira bientôt pour le jury d’élire un seul et unique arbre, le gagnant du concours. Ce sera Nathalie Kosciusko- Morizet, ministre de l’Écologie, qui dévoilera le nom du gagnant le 24 novembre prochain en présence de Jean-Pierre Bugada, représentant des Nations Unies en France, et de  Hervé Gaymard, président du conseil d’administration de l’ONF.

L’arbre, l’être vivant le plus grand de la Terre habite notre planète depuis bien plus longtemps que nous. Il nous a donné naissance en nous offrant l’air que nous respirons, il forme et protège les sols, conserve l’humidité, recycle tranquillement une bonne partie de nos émissions de gaz à effet de serre en matériau de construction, ou en énergie. Il offre aussi ses branches aux oiseaux et son ombre aux animaux et aux hommes, et parce qu’il sait abaisser la température quand il fait trop chaud, l’augmenter quand il fait trop froid, parce qu’il freine le vent en chantant, l’arbre symbolise une forme d’intelligence de la nature, une sagesse qui dépasse la condition humaine.

Si Ce concours de l’arbre de l’année peut paraître dérisoire face aux enjeux écologiques actuels, il présente néanmoins quelques intérets. Nous rappelant tout d’abord les rites Gaulois de vénération des arbres, il nous éloigne un petit moment de l’idole moderne de la consommation et de la croissance en nous invitant à ouvrir les yeux sur notre environnement le plus proche, sur ces géants d’écorce et de sève qui nous entoure ou que l’on soit. Cette opération montre aussi que nous sommes le problème et que les arbres, sont une partie de la solution. Ils sont la vie et nos destins sont liés.

Alors, Allez découvrir les arbres nominés et apprécier la diversité des espèces représentées : erable, tilleul, cèdre, arbre girafe, pistachier, hêtre, fromager, noyer ! Ils sont tous différents, présentent des propriétés propres et se déploient majestueusement dans l’environnement qui est le leur. Il sera sans doute difficile pour le jury présidé par l’écrivain Didier van Cauwelaert, auteur du “Journal intime d’un arbre” de choisir le lauréat.

Quoi qu’il en soit, il le faudra bien puisque le Rendez vous est fixé le 24 novembre prochain. Lors de la proclamation du résultat, une exposition photo des 26 arbres régionaux sera inaugurée. Les Parisiens pourront ainsi découvrir les magnifiques photos de Emmanuel Boitier, photographe de Terre Sauvage. Chacun des 26 arbres aura sa place sur les grilles de l’UNESCO. Il y en aura même un 27e, l’invité de l’année, un chêne millénaire, planté en Palestine, au coeur des Territoires occupés, dans la propriété familiale de Leïla Shahid.

Catégorie(s)
prev-next.jpg

Pollution lumineuse ; des perturbations sur la faune

Chronique biodiversité : Le liste rouge mise à jour

Suggestions
Vous souhaitez réagir ?
Leave a Reply