On assiste à une croissance au fil des ans de ces petits débris invisibles qui flottent en mer ou que l’on trouve en suspension ou piégés dans les sédiments . On savait qu’environ 30 % des particules en suspension dans l’eau de mer était de nature plastique. On en connaissait pas encore la source initiale. C’est désormais élucidé.

Selon un scientifique britannique Richard Thompson, c’est environ 80% de ces particules qui viendraient de nos machines à laver. Ou plus précisément de nos vêtements en polyester en acrylique, en polypropylène ou polyéthylène ou fibre polyamide .

En lavant notre linge sale , seul ou en famille, on salit les océans !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici