9:39 - jeudi février 22, 2018

Journal de l’environnement: les Français et le vélo, semences et Monsanto et Forum de l’ONU sur les forêts

Lu 772 fois Grégory Lesca 0 respond

Les Français sont fous de vélo. C’est le titre qu’on peut lire en Une de Terra Eco ce mois-ci. Pourtant la pratique du deux roues a reculé pendant 30 ans, supplanté par le tout-voiture. Mais “il y a un changement de comportement face au vélo, une révolution dans les esprits. Il redevient un moyen de transport pour tous” à en croire le président du club des villes et territoires cyclables. D’autant, nous dit Terra Eco, que le vélo a deux avantages. Le premier c’est que c’est bon pour la santé. “Un Français sur trois est trop gros et un sur deux ne fait pas assez de sport“. Le pédalage régulier réduirait donc les risques cardiovasculaires. L’autre intérêt est économique. “Le gain financier des vies sauvées grâce à la pratique régulière du vélo” s’élèverait à 5 milliards 600.000 d’euros en France selon le cabinet Atout France.

Faire du vélo c’est bien, encore faut-il que les conditions soient réunies. Terra Eco a donc établi un classement des villes où il fait bon pédaler. Pistes cyclables, bornes pour les vélos, bicyclettes en libre service… C’est Strasbourg qui remporte la palme devant Bordeaux et Toulouse sur les 17 villes qui ont répondu au questionnaire.

Si le vélo et les Français filent le grand amour, les ventes ne s’en ressentent pas, souligne Oivier Razemon du journal le Monde sur son blog. Le Conseil national des professions du cycle remarque que “l’engouement pour la petite reine ne se traduit pas nécessairement par l’achat de davantage de bicyclettes neuves“. Alors neufs ou d’occaz, maintenant que le printemps arrive, tous à vos vélos!

C’est une première à Saint Didier en Velay en Haute Loire. La fête des semences a eu lieu samedi dernier.

C’est le Progrès qui s’en fait l’écho. Les participants ont pu échanger “bulbes, graines, plants de fleurs, de légumes ou d’aromatiques” assaisonnés de conseils pour bien les faire pousser. Une manifestation à l’initiative de l’association Sauvegarde environnement pour “promouvoir et faire connaître les principes de l’agriculture biologique, et des pratiques agricoles nouvelles, bannissant les pesticides et les OGM.

Hasard du calendrier, l’Italie vient de demander à la Commission Européenne de ne plus autoriser l’utilisation du maïs MON 810. Rome n’est pas le premier pays de l’Union à s’opposer à cet OGM, explique le Figaro.fr. 7 pays dont la France ont déjà pris des mesures pour interdire sa culture.

Monsanto qui comme tous les semenciers OGM vient de se tailler une loi sur mesure aux Etats Unis. Baptisé le “Monsanto protection Act”, cet amendement temporaire, raconte lemonde.fr, prévoit que “la justice américaine ne pourra plus s’opposer aux mises en culture de plantes génétiquement modifiées, même si elles n’ont pas reçu d’homologation et sont de ce fait illégales” et ce jusqu’au mois de septembre au moins.

Les Ecologistes et les démocrates sont outrés. “Une pétition baptisée “Food Democracy Now” a déjà recueilli 250 000 signatures“.

Du 8 au 19 avril la ville d’Istanbul en Turquie accueille le 10e Forum des Nations Unies sur les forêts. Un organe qui permet aux 197 États membres de réfléchir aux moyens de mieux gérer les forêts à travers le monde. Depuis 10 ans par exemple la déforestation a diminué de 20%.

Le thème cette année: les forêts et le développement économique.

The following two tabs change content below.
Grégory Lesca
Journaliste amateur d'actualité d'environnement et de voyages, j'ai mis ces trois passions au service de Fréquence Terre.

Journal de l’environnement: Greenpeace et le nucléaire, pesticides et avion solaire

Journal de l’environnement: quotas carbone, camions aérodynamiques et usines à graisse

Suggestions
Vous souhaitez réagir ?
Leave a Reply