Le 3 avril dernier, Haïdar el-Ali est nommé Ministre de l’Ecologie et de la protection de la nature du Sénégal après l’accession de Macky Sall à la présidence de la République. Haïdar el-Ali est un militant écologiste très influent dans son pays.

Fils d’un commerçant libanais installé à Louga, il devient pêcheur, moniteur de plongée puis directeur du célèbre club de plongée de Dakar l’Océanium. C’est d’ailleurs pour la mer qu’il livre ses premiers combats au milieu des années 80. Il lutte contre la surpêche, aussi contre la déforestation, la désertification ou encore le trafic des lamantins.

Dans son livre Haïdar El Ali, itinéraire d’un écologiste au Sénégal, la journaliste et auteure Bernadette Gilbertas nous raconte le parcours atypique de cet homme qui se bat pour un développement durable dans son pays. Très charismatique, ce Sénégalais blanc parle le wolof et a le don de rassembler les gens autour de lui.

Depuis 2006, plus de 100 millions de palétuviers ont été plantés grâce à Haïdar El Ali. Haut-lieu de diversité, la mangrove ne cesse de disparaître. C’est en se promenant dans le sud de la Casamance et en regardant les cimetières à mangroves qu’il a eu une idée, comme le raconte Bernadette Gilbertas.

Avec sa campagne de reboisement, Haïdar el-Ali est peut-être le plus grand planteur au monde. Il tente à présent de trouver des leaders locaux pour perpétuer ses actions au Sénégal et ailleurs en Afrique.

Retrouver cette chronique sur www.frequenceterre.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici