Le verdissement de la PAC n’aura pas lieu. Ou si peu.” C’est ce qu’on peut lire sur le site Terra Eco.net. Le verdissement de la Politique agricole commune quezako?

C’est l’idée d’introduire “des mesures dites de “greening” [écologisation] en faveur de l’environnement“, explique La Repubblica dans un article repris par presseurop. “L’essentiel du gâteau de la PAC a toujours été redistribué en fonction de la superficie des exploitations. Au fil des ans, ce système a fini par favoriser les exploitations les plus vastes, lesquelles ne brillent pourtant généralement pas par leur respect de l’environnement “, poursuit le quotidien italien.

Un projet de réforme verte a bien été présenté pour la période 2014-2020. Il conditionne les aides directes reçues par les agriculteurs au respect de mesures environnementales. Mais, raconte Terra Eco, dans le texte adopté fin janvier par la Commission agriculture et développement rural du Parlement européen, “les critères d’éligibilité ont été fortement élargis.

Ainsi “la proposition de développer la rotation des cultures pour réduire le recours aux pesticides et aux engrais de synthèse” disparait et “les aides supplémentaires pour les agriculteurs bio qui souhaiteraient développer une agriculture de proximité, notamment près des grandes villes” sont exclues.

La Repubblica insiste donc sur la nécessité d’agir au plus vite pour sensibiliser nos députés européens sur cette question avant la séance plénière de mars prochain pendant laquelle ils adopteront le prochain budget de la PAC.

Ils ont de quoi être verts, les écolos. Verts de rage. Le débat sur la dangerosité des ondes électromagnétiques n’aura pas lieu.

Leur proposition de loi qui visait à limiter l’exposition des citoyens à ces ondes au nom du principe de précaution a été “sérieusement amendé en commission, si bien qu’au final les députés écologistes savaient que leur loi serait retoquée“. Pire que ça, elle a été renvoyée en commission sans être débattue, peut-on lire sur Rue89. Et Le Point développe “EELV proposait d’interdire le Wi-Fi dans les crèches et les écoles maternelles, d’obliger les opérateurs de téléphonie mobile à réduire la puissance d’émission des antennes-relais, ou encore de créer un réseau mobile national unique que les opérateurs auraient le droit d’utiliser“.

Officiellement ce rejet doit permettre de prendre le temps de la réflexion, mais, souligne Rue89, il permet surtout d'”éviter de donner aux opérateurs et à leurs clients un signal négatif à l’heure où est lancée la quatrième génération de téléphonie mobile (4G) et ses nouvelles antennes.

Et à présent, un petit conseil d’initié… “Contre la pollution, laissez-vous pousser le poil des narines“… c’est Clean Air Asia, un organisme qui milite pour l’amélioration de l’air dans les villes asiatiques qui suggère cette idée relayée sur le site du Monde. Shanghai, Delhi ou encore Jakarta… toutes ces mégalopoles asiatiques font face à une pollution extrême. On parle même d’Airpocalypse ces dernières semaines à Pékin. Clean Air Asia a donc lancé la campagne Hairy Nose… nez poilu… mi comique mi alarmiste. Un clip où l’on voit des femmes se tresser, teindre ou coiffer leurs longs poils de nez… et qui laisse entendre que l’homme devra s’adapter pour survivre. Et plutôt que de s’adapter l’association propose plusieurs pistes à commencer par limiter l’usage de la voiture. Une proposition pas vraiment tirée par les cheveux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici