Pour mieux gagner leur vie , la solution , pour les pêcheurs , serait de réduire le volume des captures, ce qui rendrait le poisson plus rare donc plus cher. Bref , travailler moins pour gagner plus.

Un exemple prouve que cela peut marcher et rendre viable une activité de pêche de manière décente, tout en préservant la ressource en poisson. Il s’agit des ligneurs de la pointe de Bretagne, qui dans leur fonctionnement , réunissent les éléments d’une pêcherie durable et économiquement viable.

Les principes en sont simples : un pêcheur, un bateau, et une méthode de pêche manuelle peu agressive sur la ressource et sur les habitats mains . La méthode , une ligne à la traine au leurre , consiste à capturer en moyenne une quarantaine de kg de poisson par jour, avec l’option de libérer ou de conserver le poisson pêché en fonction de sa taille. Plus fort encore, leur démarche marketing : leurs poissons ont un pin’s dans la joue avec une référence qui vous permet de consulter sur internet leur fonctionnement, mais aussi la date de capture du poisson, et même la photo du bateau et du pêcheur qui l’a pêché. Difficile de faire mieux en matière de traçabilité !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici