Le fioul domestique représente 50% des consommations d’énergie en agriculture.

Il est principalement utilisé par le moteur des tracteurs.

Des agriculteurs pionniers tentent de le remplacer par de l’huile végétale pure.

C’est le cas de la CUMA des Collines à Bais, dont Christian MASSEROT le Président est interrogé dans la chronique. Les 10 agriculteurs de la coopérative ont choisi d’équiper l’un de leurs 3 tracteurs pour qu’il carbure 100 % à l’huile de Colza.

Depuis 4 ans, ils sèment chaque année 10 à 11 hectares de colza (3% des terres mises en culture) et produisent 8 à 10 000 litres d’huile : 1 ha de colza (30 quintaux) produit 2,2 tonnes de tourteaux et 800 litres d’huile végétale pure pour un temps de pressage de 3 à 5 jours.

Les graines de colza pressées donnent à la fois de l’huile (utilisée pour le tracteur) et du tourteaux (les résidus solides). Ce tourteaux est vendu pour l’alimentation des bovins.

Sur le plan environnemental, rouler à l’huile végétale diminue de 80% les émissions de CO2.

Sur le plan économique, aujourd’hui compte tenu de la flambée du cours des matières premières agricoles, ce n’est pas très avantageux (0,76 euros le litre tout compris contre 0,85 pour le litre de fioul). Certains reprochent aussi à l’huile d’engendrer une usure prématurée des moteurs, ce que redoutait mais n’a pas constaté Christian MASSEROT.

C’est donc par convictions environnementales et pour contribuer à faire avancer les techniques vers des carburants plus naturels et plus propres que les agriculteurs membres de la CUMA des collines à Bais poursuivent cette expérimentation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici

17 − quatorze =