Qui n’a jamais rêvé de fabriquer une éolienne pour alimenter en énergie propre sa maison ?

Et bien ce rêve deviendra peut-être une réalité pour les personnes qui participaient en fin d’année dernière à la formation de fabrication d’éolienne individuelle à Grazay dans le nord Ouest de la France.

Des stagiaires aux profils variés, comme nous le dit Jean-Claude Maignan, le Président de l’association Luciole énergie plus qui accueillait cette formation :

« il y avait 11 agriculteurs et une dizaine de personnes non agriculteurs : des retraités bricoleurs, des personnes qui construisent leur maison et qui ont un besoin d’autonomie… »

Animée par des formateurs de l’association Tripalium, pendant une semaine les apprentis fabricants ont alterné théorie et pratique autour d’un précieux manuel :

A l’origine de cette formation, il y a un écossais Hugh Piggott, qui lui étant installé sur une île isolée en Écosse, avait des difficultés pour produire de l’électricité et il s’est mis à fabriquer des éoliennes de façon autonome et … le côté sympa de son initiative c’est qu’il n’a pas déposé de brevets mais qu’il met à disposition de tous, des plans très précis qui permettent à un groupe de bons bricoleurs d’avoir fabriqué une éolienne au bout d’une semaine de formation. C’est une éolienne qui nécessite 300 heures de travail. »

Pas besoin donc d’être un génie du bricolage pour fabriquer cette éolienne dont les palles font presque 4m de diamètre – pas besoin non plus de permis de construire en dessous de 12 mètres de haut – en revanche attention de bien étudier la prise au vent avant l’installation

« on rêve beaucoup de la petite éolienne qui est dans le coin du jardin, c’est un rêve qui peut prendre corps mais qui est assez complexe à mettre en place. Mettre une éolienne en dessous de 12 mètres n’a pas beaucoup d’intérêt car on ne va pas récolter beaucoup de vent, il faut au moins monter à 24 mètres voir plus – les grandes éoliennes vont chercher le vent à 80 mètres.

Il faut au moins 4 ou 5 mètres/seconde pour faire démarrer l’éolienne et produire de l’électricité de manière intéressante. Suivant l’emplacement, on peut espérer une production annuelle de 1 500 à 3500 kilowatts/heure : 3 500 kilowatts/heure c’est la consommation annuelle moyenne d’une maison en France, hors chauffage et eau chaude sanitaire. »

16 000 euros c’est le prix de vente de ce type d’éolienne dans le commerce – la fabriquer soi même diminue de moitié ce coût et si elle est raccordée au réseau électrique par un installateur agrée on peut obtenir un crédit d’impôt de 50% – malgré tout il faudra au moins 20 ans pour l’amortir compte tenu du faible prix de rachat de électricité par ERDF, ce que regrette Jean Claude MAIGNAN :

« En France, sur le plan économique, une éolienne à l’heure actuelle ce n’est pas intéressant – car le prix de rachat de l’électricité n’est pas aidé par l’État, on est à 5 centimes du kilowatt/heure, donc on ne peut pas imaginer de produire de l’électricité de manière rentable. Par contre, il y a des pays comme la Grande Bretagne ou le Portugal où on peut produire de l’électricité à partir de petit éolien d’une manière rentable dans la mesure où le prix de rachat est plus élevé. »

L’association Tripalium propose des formations à l’auto-fabrication d’éolienne partout en France et en Belgique, les dates pour l’année 2011 sont annoncées sur leur site www.tripalium.org

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici