Dans quelques
jours pour les premiers, dans quelques semaines pour les autres, les
vacances vont se concrétiser sous la forme d’un séjour à l’étranger ou
simplement sur notre territoire, à la découverte de nouveaux horizons
culinaires, culturelles et naturelles. Mais quelque soit la destination,
vous serez cet été plus nombreux encore à vous inquiéter de l’impact de
vos vacances sur l’environnement, l’économie locale et les populations
qui vous accueillent. *Cela s’appelle l’écotourisme,* et pour vous
aider à faire le tri dans les offres qui se multiplient dans les agences
de voyage, le Petit Futé vous propose sa première édition du Guide de
l’Ecotourisme, où comment voyager « responsable » sur les 5 continents.
Je vous en parlais lors de sa sortie en librairie au mois de mars, la
période estivale, qui prend enfin tout son sens d’un point de vue
météorologique, après un mois de mai et une partie de juin sous la
pluie, est l’occasion de vous le présenter à nouveau.

Présentant 20 pays l’angle écologique, ce Guide de l’Ecotourisme
rassemble dans des chapitres toutes les informations sur les aires
protégées comme les parcs nationaux, les réserves naturelles ou de
biosphères, mais aussi et surtout de bonnes adresses d’hébergements
écotouristiques et toutes les données pratiques relatives à ce type de
vacances.

Entre autres destinations que le Petit Futé propose, *l’Equateur, le
Costa Rica, le Canada, le Gabon, ou encore le Cameroun, la Tanzanie, le
Sénégal, mais aussi l’Inde, le Laos, l’Australie, Madagascar, la
France bien sûr, La Roumanie, la Finlande,* et quelques autres. Et à
chaque pays des régions et leurs parcs, comme pour le nôtre, le Vercors,
les Cévennes, la Camargue et les Alpes, et leurs parcs ou marais.

On retrouve bien entendu des statistiques plus générales concernant
chaque pays, une charte éthique du voyageur et un code de conduite, les
principaux cigles, les chartes internationales, les labels et les
certifications, bref, toutes les informations qui vous permettront de
voyager en minimisant votre impact sur l’environnement. Dans un état
des lieux, les auteurs ont dressé un historique du tourisme, de son
développement, et ont identifié ses effets pervers.
Au premier plan, les transports et les rejets de gaz à effet de serre
qu’ils induisent, mais également les évolutions socioculturelles et
économiques sur les populations qui nous reçoivent, en bien mais hélas
souvent en mal, *ce à quoi l’écotourisme tente de remédier.*

*Voyager responsable doit devenir plus qu’une mode, ce doit être un
état d’esprit, une condition du bien-être* qui ne se mesure pas
uniquement au nombre d’étoiles des hôtels, mais plutôt à la qualité des
relations humaines que l’on tisse et au contact que l’on établit avec
la nature. Le reste ne relève que des pages glacées des magazines.

*Le Guide de l’écotourisme, édité par le Petit Futé, un indispensable
pour toutes celles et tous ceux qui ont choisi le voyage solidaire et
responsable, et qui cherchent à renouer le contact avec la nature et les
cultures traditionnelles.*

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici