2:24 - mercredi octobre 18, 2017

Pourquoi les bus hybrides tardent à s’imposer ?

Lu 1024 fois Jean-Brice Sénégas 0 respond
Les bus hybrides ont fait leur entrée à Dijon. Cette technologie prendra-t-elle en France ?

Les vieux bus diesel qui vous noircissent en deux accélérations ce petit aventurier urbain qu’est le cycliste, c’est fini, le changement c’est maintenant, nous dit Pierre Lahutte, Responsable de toutes les activités bus et car chez CNH Industrial et directeur général de Iveco France, le changement pour les bus, ce serait la technologie hybride.
Selon cet industriel, la France doit jouer la carte de l’hybride à tout prix pour emmener le reste de l’Europe dans cette dynamique.
Sauf que nul n’est prophète en son pays, et si des capitales étrangères comme Londres ont fait bien le choix de la motorisation hybride avec 600 autobus, la France se lance timidement sur ce créneau.
Seule la ville de Dijon a plébiscité cette technologie avec une centaine d’autobus en rotation, mais les collectivités tardent à lui emboîter le pas.
Pourtant, selon Pierre Lahutte, cette technologie fait partie des meilleurs atouts de la mobilité durable.

Par Jean-Brice SENEGAS.

 

The following two tabs change content below.
Jean-Brice Sénégas
Responsable du secteur mobilité de Fréquence Terre

L’indemnisation kilométrique vélo, beau projet en manque de soutien

Vinci veut développer les autocars express en Île-de-France

Suggestions
Vous souhaitez réagir ?
Leave a Reply