Les journées de la  terre ,  de la paix , de l a femme,  des océans , mondiales ou nationales, , en voilà des journées qui constituent un calendrier où soudain  journalistes, média, nous rappellent  à nous souvenir de chacun d’entre eux l’espace d’un éphémère instant  pour l’oublier aussi vite le lendemain afin de  passer à un autre sujet .  Et oui Même en écologie , nous sommes confrontés à la consommation  (il faut tout prendre et tout sauver) ,  nous somme aussi confronté à l’hyper choix ( tant de causes à soutenir, d’ONG à financer, de  temps à consacrer)  et puis aussi au zapping, grâce à tous ces sujets ouverts le temps d’une pensée sitôt remplacée par un autre événement .

Pensez donc , il y a tant à faire qu’on ne sait plus où donner de la tête .  et  puis, allons donc, ce n’est pas vous qui allez changer le cours des choses , Sauver la  planète n’est pas à la portée du premier venu ! Demander donc à Bruce Willis, spécialiste du genre , cela ne s’improvise pas ..…

a écouter dans cette chronique pour en savoir plus …

Daniel KRUPKA

1 COMMENTAIRE

  1. Ok, je suis entièrement d’accord avec vous. Mais certains événements ont plus de sens parce qu’ils sont ancrés dans la Nature. Ils ont le double avantage d’éveiller les consciences tout en nous reconnectant avec les rythmes de la Nature. Pourquoi ne nous parlez-vous du printemps bio ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici

12 + 3 =