Jeudi prochain, le 20 septembre, sort un numéro spécial de Mon Quotidien, le journal à destination des 10-14 ans des éditions Play Bac. Centré sur le lien entre l’eau et le climat, ce numéro, accompagné d’un dossier pédagogique à destination des enseignants, a été réalisé en collaboration avec la Fondation France Libertés.

Avec Justine Richer, chargée du programme « Eau, bien commun » à France Libertés.

« Protégeons la Terre pour préserver le climat », c’est la thématique de ce dossier spécial. Vous avez donc choisi de décliner le thème de l’eau et du climat. Pourquoi ce choix ? C’est une œuvre pédagogique ?

« Il y a quatre objectifs. Le premier, c’est de permettre aux enfants de comprendre l’implication de l’eau dans le changement climatique et dans son atténuation, ainsi que les impacts des activités humaines sur le cycle de l’eau. Notre deuxième objectif est de réussir à mobiliser les enfants pour la protection de la ressource par des actions citoyennes en leur montrant tout ce qui est possible de réaliser. Notre troisième objectif est de sensibiliser les enfants sur la question du droit à l’eau, que chacun dans le monde puisse accéder à l’eau en qualité et quantité suffisante. Et enfin, nous voulons faire avancer l’idée que l’eau est un bien commun puisqu’elle est indispensable pour vivre. Elle doit être partagée, gérée communément et non comme une marchandise. »

© Mon Quotidien

Le dossier s’attarde notamment sur les grandes catastrophes que peut connaître notre planète. On y voit des images d’ouragan, d’inondations, de sécheresse, de glissement de terrain. Il faut donc montrer des images chocs aux enfants, à des préados, c’est nécessaire pour leur faire prendre conscience de l’urgence climatique ?

« Effectivement, on a décidé de démarrer le numéro spécial sur une page qui fait état des catastrophes liées aux dérèglements du climat, mais surtout liées à l’eau, pour expliquer ce vers quoi on tend et comment on peut essayer d’atténuer tous ces changements et ces catastrophes qui sont désastreuses. On parle notamment de l’ouragan Harvey qui avait touché le Texas en 2017, de glissements de terrains, de vagues de chaleurs en Inde, de la fonte des glaces ou encore de la sécheresse qui sévit en Afrique de l’Est et en Afrique du Sud. C’est une façon d’ouvrir le sujet qui est certes un peu alarmante, mais il faut garder à l’esprit qu’on s’adresse tout de même à des enfants qui connaissent un tout petit peu ces phénomènes-là ou qui commencent à les appréhender. Ensuite on déroule le numéro avec des chiffres clés, des visuels… »

Il n’y a pas que les catastrophes qui sont abordées. Vous expliquez également le cycle de l’eau.

« On explique le cycle de l’eau en s’appuyant notamment sur des schémas, une interview du climatologue Hervé letreute. On s’appuie aussi sur des chiffres comme le fait que 30% des habitants de la planète vivent sans accès direct à l’eau potable. Il y a beaucoup de visuels pour étayer l’aspect très journalistique et sensibiliser les enfants. On a pu y intégrer  un dessin de la BD que nous avions développé avec Jérôme Eho, avec les personnages de Noneau et Bubulle. On donne quelques définitions pour permettre aux enfants de comprendre ce que représente l’eau. On parle par exemple de l’empreinte eau. Et on a toute une rubrique sur les actions citoyennes. »

Vous mettez aussi en avant les solutions qui existent, la place de la nature en ville et puis les actions que peuvent mener les enfants avec une mini BD, « Toi aussi tu peux rendre l’eau à la terre ».

« Ce qu’on a voulu mettre en avant, c’est le fait que les enfants peuvent avoir un rôle positif par rapport à l’eau et au climat, par leurs propres gestes, mais aussi en sensibilisant les parents, les camarades. C’est ce quelque chose sur lequel on compte beaucoup dans la stratégie de sensibilisation des enfants.»

© France Libertés / Jérôme Eho

En quoi est-ce important de sensibiliser les enfants au réchauffement climatique et à ce lien entre eau et climat ? Ils font office de prescripteurs ?

« Oui. Cela nous semble très important de sensibiliser les enfants qui sont de futurs citoyens, afin de maximiser les chances de voir des futurs citoyens informés. Ave France Libertés cela fait partie des projet que nous avons développer depuis plusieurs années. On avait développé un jeu, l’Equilibro. On a la BD Noneau et Bubulle qui reprend toute cette thématique de l’eau et du climat, des relations entre les deux, des possibilités pour atténuer le changement climatique. »

Pour aller plus loin :