Il y a un mois, nous présentions sur Fréquence Terre la tenue des 15e . Des assises organisées sous le mode associatif avec plusieurs “partie-prenantes” :

  • Ceux qui produisent les (industriels, BTP, travaux publics, collectivités, particuliers…)
  • Ceux qui collectent les déchets (éco-organismes, collectivités, SEM..)
  • Ceux qui trient et valorisent (Véolia, Paprec, Séché…)
  • L’État qui donne des directives (Projet de loi sur l’économie circulaire par exemple…)

Tout les acteurs de la filière se retrouvent donc pendant deux jours, tous les deux ans (à Nantes) pour faire le point sur les actions menées et les actions à engager pour optimiser la collecte et la valorisation des déchets que produisent les Français. (ouvre un nouvel onglet)

Thierry Meunier Assises nationales des déchets

Il y a donc un mois, j’avais interviewé Thierry Meunier, le président des Assises nationales des déchets, afin qu’il fasse pour nous un état des lieux, après 30 ans d’existence. Grand enseignement, il était d’accord pour dire que nous étions “au milieu du gué” et que tous les acteurs ramaient bien dans le même sens, ce qui était plutôt encourageant.

A l’heure de cet article, les assises ont donc eu lieu (les 2 et 3 octobre 2019) et chacun est venu exposer ses avancées, faire part de ses difficultés, engager des réflexions sur le chemin qu’il reste à parcourir.

C’est donc un bilan que j’ai demandé de faire à Thierry Meunier après ces deux jours intenses.

Je vous propose ici une rédaction synthétique que je vous propose dans cet article. Le reste, plus complet et plus précis, est à écouter dans le podcast qui accompagne cette page.

Premier constat, tout s’est bien passé. L’année 2019 était un bon cru, et il y avait bien plus de participants cette année, signe d’un engouement, signe aussi que la cause mobilise.

Les grands chantiers de cette années : la (les écotaxes). Un chantier qui est déjà en place, mais qui tend à se développer sur de plus en plus de filiales. Les écotaxes se développent donc et tendent à se développer dans tous les secteurs de la consommation pour organiser sa filière de valorisation.

Si tout se passe pour le mieux dans une nouvelle filière, celle des travaux public, il n’en va pas de même pour le où les acteurs ne semblent pas réussir à se mettre d’accord. Problèmes dans le recyclage du bois, le plastique et les vitres… C’est une filière dans laquelle il y a encore beaucoup d’efforts à faire  avoue Thierry Meunier.

Les décharges sauvages coûtent chaque année entre 450 et 500 millions d’euros / an

Pour ce qui est de l’avenir, Monsieur Meunier insiste sur le fait qu’il faille revenir aux fondamentaux. C’est un message qu’il a fait passer avec insistance lors des assises : il faut mobiliser… Le citoyen, mais aussi le citoyen en qualité de responsable dans une entreprise. Les déchets, nous en faisons en tant que citoyen, mais nous en faisons aussi dans notre activité économique, au travail.

Il y a urgence à amplifier et continuer encore et encore à sensibiliser. A donner plus de pouvoir aux éco-organismes pour qu’ils sensibilisent. Il y a aussi urgence à faire mieux, à orienter notre consommation (pour faire moins d’emballages).

Les fondamentaux, pour résumer, c’est la sobriété.

Il faut aussi penser les produits en pensant à leur potentiel de valorisation. Donc des produits simples et faciles à recycler.

Brune Poirson, la secrétaire d’État à l’écologie a elle aussi fait passer son message. Elle a rappelé le projet de loi sur l’économie circulaire, en insistant sur la consigne des bouteilles en plastique, dont tout le monde a entendu parlé il y a quelques mois.

Pour Thierry Meunier, même si cette nouvelle directive de consigne va venir perturber les schémas déjà en place, il rappelle tout le bien fondé de ce projet de loi. “Certains acteurs devront s’adapter” dit-il.. mais il rappelle également que certains s’y sont déjà essayés comme des organismes de tri qui ont mis des machines qui délivrent déjà des bons d’achat contre des bouteilles en plastique sur des parkings de supermarchés. “ça marche” et on sait le faire. Cela permettra de mieux trier le plastique sur une filière qui n’est pas évidente entre les différentes essences de plastique “polystyrène, film plastique et bouteilles sont mélangées et difficiles à trier”.

Pour les plastiques, nous ne sommes pas à zéro, mais nous ne sommes pas à 80% non plus

Une façon de dire que l’on peut faire mieux, et que la consigne peut être une solution “je demande à voir” conclut Thierry Meunier.

Nous avons ensuite abordé un moment “détente” qui se déroule depuis les deux dernières éditions des assises nationales des déchets de Nantes : “le speed meeting” !

9 candidats (sur 40 propositions), sont venus présenter leurs projets “pour un meilleur recyclage” pendant 3 minutes devant le public. De tous horizons et sur des projets aussi divers que variés. Ce speed meeting permet de dégager des axes de réflexion, de récompenser des idées, voire de favoriser leur mise en œuvre.

Voilà les lauréats de l’édition 2019 :

  • Catégorie 1️ • Prévention et recyclage : Pandobac, la livraison zéro déchet.
  • Catégorie 2 • Rupture technologique et digitalisation : application Les sentinelles de la nature, par France Nature Environnement.
  • Catégorie 3️ • Initiatives sociétales : les Brewsticks, gâteaux apéritifs fabriqués à partie de « drêche » issue de la fabrication de bière.
Les lauréats des speed meeting 2019

Le site des assises nationales des déchets de Nantes : Assises Nationales des déchets de Nantes

Notre dossier sur les 15e assises nationales des déchets de Nantes

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici