3:51 - jeudi septembre 29, 2016

2012 : le vélo s’invite dans la campagne !

Lu 1001 fois Philippe Boury 0 réaction
image-12-01-22-14-16-55-ok

2012 sera-t-elle l’année du vélo ? C’est en tous cas le vœu formulé par le Club des villes et territoires cyclables… Ce réseau d’acteurs de la mobilité durable rassemble plus de 1100 collectivités locales, communes, agglomérations, départements, ou régions, qui ont fait de l’usage du vélo et de sa promotion l’un des axes essentiels de leur politique locale.

Et en cette année électorale, le Club s’invite dans la campagne en lançant 10 propositions pour faire du vélo un outil concret et efficace au service du pouvoir d’achat et des politiques publiques de transport, d’aménagement du territoire, de santé et de citoyenneté…

La crise économique actuelle affecte largement les ménages qui vont devoir supporter de nouvelles hausses… Hausse de leur budget logement, mais aussi de leur budget transport. Autant de dépenses qui se feront pour beaucoup au détriment de postes pourtant vitaux, comme l’éducation, la santé, ou plus annexes mais nécessaires, comme la culture ou les loisirs.

Face à cette crise, le Club des villes et territoires cyclables a élaboré un remède au travers d’un Plan National Vélo qui s’articule en 10 mesures prioritaires pour faire du deux roues un outil de cohésion sociale, à travers d’une mobilité durable et équitable des territoires.

Ainsi, pour une plus grande cohésion de ces territoires, il conviendrait d’affecter 10% du budget des routes nationales et autoroutes pour l’aménagement d’itinéraires vélo. Les infrastructures pour les vélos ne nécessitent pas de budget important, mais le retard pris les concernant freine leur développement en particulier dans les zones périurbaines des grandes agglomérations.

Les quais de Seine à Paris investis par les vélos / © dr

Pour une meilleure qualité de vie, le code de la rue, initié en 2006, doit être relancé. L’idée étant de rééquilibrer l’espace urbain et sa voirie en permettant la cohabitation harmonieuse des voitures, des deux roues et des piétons, par la mise en place notamment de « zones 30 », ou de doubles sens cyclables…

Parce que le vélo ne doit pas être considéré seul, mais comme un maillon de la chaîne des déplacements…

Le vélo doit aussi être perçu comme un outil de santé publique.

Une campagne de communication annuelle sur le thème « le vélo quotidien, c’est bon pour la santé » pourrait être lancée…

Le Club souligne que le bénéfice pour la santé d’une pratique régulière est considérable. En matière d’économie de santé, la pratique actuelle, autour de 3% de la population, représente déjà un gain de 5,6 milliards d’euros par an sur les dépenses de santé. Avec une pratique de 12 à 15% à l’horizon 2020, c’est 15,4 milliards d’euros d’économie qui pourrait être engrangés.

Les promoteurs de ce plan vélo misent également sur un vaste programme de développement du vélo auprès des salariés. Des exonérations fiscales pour les entreprises qui mettent des vélos à la disposition des salariés, par le biais d’un prêt gratuit ou avec option d’achat, serait un soutien au développement de l’industrie du vélo, tout en impliquant un bénéfice en termes de santé publique et d’empreinte écologique…

Cohésion sociale, territoriale, meilleure qualité de vie, le vélo se doit également d’être citoyen par l’incitation à un nouveau partage de l’espace public. Il permet de conjuguer liberté et égalité car il est à la fois individuel et collectif, particulier et public, autonome et connecté aux autres mobilités. Un thème du vélo citoyen qui serait l’objet d’une grande campagne de communication en faveur de son développement.

Les politiques locales en faveur des piétons et des cyclistes avancent en France. Mais le Club des villes et territoires cyclables ambitionne de porter le débat au niveau national afin de faire avancer rapidement et durablement la réflexion sur ces nouvelles mobilités pour des résultats concrets et pérennes. Pour le bien de tous, et de la planète.

The following two tabs change content below.
Philippe Boury
Au début des années 80, Philippe Boury s’est lancé, comme tant d’autres, dans l’aventure des radios libres. Il a ainsi participé, de la banlieue lyonnaise à la région parisienne, à la vie de radios militantes, ouvertes sur la société, soucieuses d’être le reflet de la vie locale, culturelle, politique et associative. Militant associatif lui-même, il a toujours souhaité mêlé ses engagements à sa passion de la radio. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi de rejoindre l’équipe de Fréquence Terre, dont il partage les intérêts : survie de la planète, sensibilisation à l’écologie, information sur le développement durable.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
image-11-04-13-05-47-52-ok

ZAPA – des zones interdites aux voitures pour mieux respirer

image-12-03-30-18-54-32-ok

Eco mobilité : Tallinn roule gratis !

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire