1:46 - samedi décembre 10, 2016

Charles Darwin

Lu 488 fois Audrey Plat 0 réaction

Si je vous dis Théorie de l’évolution ou Théorie sur la sélection naturelle, vous pensez inévitablement à Charles Darwin…

Mais savez-vous comment ce jeune homme de 22 ans à l’époque, en 1831, s’apprête à bouleverser notre vision du monde vivant ?

Il s’est d’abord lancé dans des études de médecine, peu concluantes en raison d’une trop grande sensibilité. Mais son intérêt pour la biologie est resté intact. En témoigne son ouvrage Zoonomie dans lequel on relèvera les prémices de l’évolutionnisme.

27 décembre 1831

Plymouth, côte sud-ouest de l’Angleterre. Le voilier britannique His Majesty’s Ship Beagle quitte le Port. A son bord, 76 hommes d’équipage et passagers dont Charles Darwin, le jeune naturaliste de l’expédition qui va récolter des échantillons tout au long du voyage.

Pendant 5 ans sur le Beagle il est géologue. Ses observations suivent les théories soutenues par Charles Lyell. jEn 1831, cette théorie selon laquelle les espèces ont évolué en s’adaptant à leur milieu est déjà dans l’air du temps, mais il ne s’agit encore que d’hypothèses pour la communauté scientifique de l’époque…

Le Beagle fait d’abord escale à Bahia. Darwin est alors subjugué par la forêt brésilienne. Les insectes font un tel bruit qu’il peut les entendre depuis le bateau qui a pourtant jeté l’ancre à plusieurs centaines de mètres de la côte!

Il étudie la géologie du lieu comme les rocs granitiques.

Escale à Rio de Janeiro où il y collecte une grande diversité de plantes, d’insectes et autres animaux. Il en profite pour étudier la faune environnante: grenouilles chanteuses, mouches lumineuses, papillons « coureurs », araignées, fourmis… Il constate que les rapports entre certaines plantes et certains insectes sont identiques à ceux que l’on rencontre en Angleterre, même si les espèces diffèrent.

Après plusieurs mois d’aventure passés entre la Terre de Feu et les îles Falkland, le Beagle rejoint Montevideo, puis se jette dans le Pacifique. Le Chili, Valparaiso… Puis l’Océan Indien, les Iles cocos, Maurice… Et le cap de Bonne-Espérance.

Le 2 octobre 1836, quatre ans, neuf mois et cinq jours plus tard, le Beagle pénètre dans le port anglais de Falmouth.

Après ce voyage hors du commun autour du monde, Charles Darwin s’installe à Londres et se marie en 1839 avec sa cousine Emma Wedgwood. Elle lui donnera dix enfants.

Il devient célèbre suite à la publication de son journal de voyage, connu sous le titre Voyage du Beagle. En 1842, Charles Darwin décide de s’installer dans un petit village du Kent. Il y mène une vie campagnarde et exploite méthodiquement le matériel rapporté de son périple. Il continue de noter ses observations au jour le jour sur un petit cahier jaune. Rituel qu’il gardera jusqu’à son décès en 1882.

Si l’idée de la sélection naturelle s’impose au retour de l’expédition, il lui faudra plus de vingt ans pour organiser ses résultats. En 1958 tout s’accélère… Le naturaliste Alfred Wallace lui envoie pour avis un projet d’article dans lequel il expose l’essentiel des idées de Darwin.

Cet article va précipiter la publication en 1859, de L’Origine des espèces. Succès immédiat comme tout le monde le sait ! En exposant le mécanisme par lequel les espèces évoluent en s’adaptant à leur milieu, l’ouvrage remet en cause le dogme religieux de la Création et provoque une vive polémique, toujours d’actualité.

Charles Darwin a vu de son vivant la théorie de l’évolution acceptée par la communauté scientifique et le grand public, alors que sa théorie sur la sélection naturelle a dû attendre les années 1930 pour être généralement considérée comme l’explication essentielle du processus d’évolution, et le fondement de la biologie.

Vous pouvez retrouvez cette chronique sur www.frequenceterre.com

The following two tabs change content below.
Audrey Plat
Audrey Plat est directrice des programmes de Fréquence Terre, rédactrice de la chronique Vues de la Terre. Audrey est journaliste et a travaillé comme reporter, animatrice-réalisatrice puis productrice au service de plusieurs radios en Europe et au Canada.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.

La solidarité écologique selon Raphaël Mathevet

REDIFF – Haïdar el-Ali

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire