9:13 - mardi septembre 27, 2016

Les loueurs de voitures à l’heure de l’électrique (rediffusion)

Lu 2161 fois Jean-Brice Sénégas 1 réaction
image-11-10-30-15-11-06-ok

Les particuliers font de plus en plus d’efforts pour polluer moins lorsqu’ils se déplacent. Aujourd’hui voyons si le monde de l’entreprise fait lui aussi preuve de bonne volonté en matière d’écologie, avec les locations de véhicules de longue durée, ces loueurs qui s’adressent aux sociétés commerciales.

Ce mois-ci, le loueur de voitures Athlon Car Lease, annonce qu’il investit la mobilité durable. Le néerlandais implanté partout en Europe a passé commande de 350 véhicules électriques, pour renouveler son parc automobile. C’est peu sur les 21400 qu’il gère en tout, à peine 1 pour cent, mais c’est un début.

Ces voitures font leur apparition dans le catalogue proposé aux entreprises clientes du loueur. Mais Athlon ne fait pas que se munir de véhicules électriques, il veut aussi mettre son nez dans leur fabrication. Le loueur a pris une participation dans Streetscooter, un consortium entre l’université allemande d’Aix la chapelle, l’américain Tesla et le loueur Athlon.

En 2014, streetscooter doit faire sortir d’usine une voiture électrique capable d’offrir une autonomie de 60 à 130 km, de rouler à une vitesse max de 120 km/h, et de coûter sans les batteries, 5000 euros.

Question stratégie, Athlon estime avoir changé de métier : fournir des voitures n’est plus suffisant, il faut donner au client une véritable solution de mobilité.

C’est aussi la stratégie adoptée par un autre loueur de longue durée, Arval. Sur son site internet, on peut trouver notamment un éco-parc, une application pour aider l’entreprise cliente à gérer sa flotte de véhicules en la choisissant en fonction de critères écologiques. Et aussi des services, avec l’éco-conduite, pour apprendre aux conducteurs à réduire leur consommation de carburant et à émettre moins de gaz à effet de serre.

Arval propose à ses clients entrepreneurs une multitude de véhicules très variés, de la voiture urbaine 2 portes aux petits fourgons utilitaires en passant par les camionnettes à plateau, en tout une vingtaine de véhicules électriques adaptés à la demande des entreprises. Mais avec des véhicules plus chers à l’achat, difficile pour Arval, de convaincre ses clients de passer à des véhicules électriques. Dans son argumentaire pour faire changer les entreprises de mentalité, Arval fait valoir qu’il existe des subventions : jusqu’en 2012 l’état aide à hauteur de 5 000 euros pour un véhicule particulier, et jusqu’à 2 000 euros pour les quadricycles jusqu’en 2014. Et enfin, Arval rappelle que le plein est à 2 euros pour les véhicules électriques contre 50 euros pour un véhicule classiques thermique. Mais on voit que pour ces loueurs de longue durée, la partie n’est pas gagnée, et il va falloir trouver d’autres arguments pour convaincre les entreprises de rouler à l’électrique.

The following two tabs change content below.
Jean-Brice Sénégas
Responsable du secteur mobilité de Fréquence Terre

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
Eau de seltz à la terrasse d'un café

Eau potable : 1950

© collectifstoptafta.org

11 octobre 2014 – journée anti TAFTA (traité transatlantique)

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Un commentaire ?
Laisser un commentaire