12:33 - dimanche octobre 2, 2016

Berlin, la ville à vivre

Lu 2509 fois Marie Léon 4 réactions
© Marie Léon
© Marie Léon

 

Berlin ist so schön ! Pour ceux qui ont fait anglais-espagnol, je traduis : Berlin est si belle. Oui, la cité délaissée pendant la division de l’Allemagne a réussi son pari.

Berlin, j’y étais allée en 1990. Quelques mois après la chute du Mur. J’avais oublié mon appareil-photo et je l’ai regretté. La Vopo. Checkpoint Charlie. Unter den Lindens, l’avenue qui n’en finit pas. Et les Trabant conduites par les Berlinois de l’Est.

Une époque révolue. N’espérez surtout pas retrouver ce Berlin-là. Aujourd’hui, la ville a tous les défauts du tourisme de masse. Des soldats d’opérette posent avec vous devant Checkpoint Charlie. Unter den Lindens et Alexanderplatz sont cernées par les boutiques. La porte de Brandebourg ? On y déverse des cars entiers de retraités, de lycéens et de Japonais. Les Trabant sont peintes de toutes les couleurs. Adieu, Berlin d’autrefois.

Mais Berlin d’aujourd’hui, c’est pas mal aussi. Bon, n’espérez pas y faire un régime. Entre les fameuses Currywurst, saucisses plus que grasses, les bières par demi-litres et les boulettes de viande à la sauce blanche, jetez au feu votre balance. Vous y penserez plus tard.

Si vous voulez faire du shopping, attention, la mode n’est pas la même d’un pays à l’autre. On dirait que les Allemandes se sont trompées. Dans un moment d’égarement, elles ont confondu magazines pour ados et catalogues Damart.

Mais qu’est-ce qu’on respire dans les belles avenues bordées d’arbres ! Ici, la nature est partout. Les oiseaux chantent, chantent. Le magnifique Tiergarten vous offre ses 207 hectares de bois et de pelouse. Vous pouvez même y bronzer tout nus. Si, si. A poil. Imaginez ça au bois de Vincennes. Flics, attentat à la pudeur, indignation des familles…

C’est vrai, ils sont décomplexés, les Allemands. Pubs gays SM pour le métro, de plans à trois pour la téléphonie, ou de rapports sexuels pour le préservatif. Drôle et rafraichissant.

Vous voulez quand même jouer au touriste de base ? Ok. Je vous comprends. Allez voir Néfertiti au Neues Museum. La reine d’Egypte, l’épouse d’Akhenaton, a une salle pour elle toute seule. Et pas trop d’abrutis devant son buste, qui laisse imaginer sa beauté.

Berlin, c’est aussi plein de quartiers où on peut flâner. Sans avoir peur de glisser sur une crotte de chien comme à Paris. Allez boire un verre à Kreuzberg. On fume encore dans les bars ! Pas écolo. Mais qu’est-ce que c’est bon…

 

 

 

The following two tabs change content below.
Marie Léon

Marie Léon

Chroniqueuse Voyage
Journaliste et écrivain, bretonne et voyageuse, je n'aime pas la cuisine de cantine ni les jeux apéro des clubs. Je vous parlerai de voyages loin des hôtels interchangeables, là où la découverte et le partage sont rois. Sans oublier de bousculer le tourisme de masse, et d'en rire le plus possible.
Marie Léon

Derniers articles parMarie Léon (voir tous)


N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
FLIZE1FT

Ardennes françaises mystérieuses (21/61) : FLIZE : Pour ne jamais oublier…

image-13-03-31-19-09-43-ok

Vivre sereinement et naturellement sa ménopause

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

4 Réponses à “Berlin, la ville à vivre”
  1. Georges
    # 10 juin 2016 à 15:35

    …euh, chère Marie Léon, si vous auriez voulu voir des Allemandes élégantes et fringuées, ainsi que découvrir des bons restos, gourmets ou branchés à moitié meilleur marchés qu’à Paris, fallait peut-être faire un petit tour à l’Ouest berlinois…au lieu de circuler uniquement dans le  » Berlin Underground » faussement bobo!!!. A croire que pour vous, dépuis 1990 déjà, seulement une partie de l’ancien secteur Est représente la capitale allemande…La prochaine fois, visitez entre autres les quartiers du Savignyplatz & Ludwigkirchplatz dans Charlottenburg-Wilmersdorf par ex., le « Bikini », et vous verrez une ville bien différente de celle que vous croyez connaitre…Berlin est 9x plus grand que Paris avec 3x moins d’habitants, alors de la diversité il y en a et le tourisme de masse se fait à peine remarquer…et ce n’est pas du 2ème dégré!

    • Marie Léon
      # 11 juin 2016 à 14:23

      Cette chronique n’était pas un catalogue exhaustif mais du second degré, je le répète. Une chronique, c’est court et on doit choisir un angle.Vous savez ce que c’est ? On opte pour UNE façon de voir les choses et on s’y tient. Moi, c’était l’ironie, comme dans mes chroniques précédentes. Lisez la présentation de ma chronique sur les voyages, c’est un choix. Ce n’est pas un guide touristique, je la veux drôle. Ecoutez les précédentes, c’est pareil. Je me moque de la Bretagne, je suis pourtant bretonne et je pourrais vous dire mille autres choses sur cette belle région.
      J’assume donc mon choix de me moquer de la nourriture pas terrible. Je ne me suis régalée nulle part, quel que soit le quartier, même dans les restaurants asiatiques ou italiens où on a fini par se « réfugier ».
      Je n’ai franchement pas trouvé Kreuzberg bobo. Venez donc dans mon quartier dans le 19e à Paris, c’est la même chose et franchement,toutes les origines et tous les milieux s’y côtoient, loin des clichés bobos… Hélas, comme Kreuzberg, sans doute plus pour longtemps.
      Il faut donc que je me répète… Mon hôtel était dans une rue perpendiculaire à la Ku’Dam, j’ai marché partout dans cette ville, à Charlottenburg comme au Bikini, car j’aime les fringues et je voulais en acheter. Ben, désolée, une matinée entière à faire les boutiques un peu partout : je n’ai rien trouvé !!! Pour moi, c’est moche et vieillot et je n’ai pas à me justifier de cette affirmation.
      En une semaine dans cette ville, en métro, à pied, au hasard des rues le matin (si calmes), on a vu des tas de choses, à l’Est, à l’Ouest. J’ai eu immédiatement envie d’y revenir, voire d’y vivre. Mais je n’ai pas la prétention de la connaitre, comme tous les endroits sur la planète où j’ai déjà marché, échangé, vibré. Et sur lesquels je lis des ouvrages avant de partir. Merci donc de me rappeler (au cas où je l’ignorerais), la superficie de Berlin.
      Je voulais simplement rire un peu. Mais ça, visiblement, vous ne l’avez pas compris 🙂

  2. Anthony
    # 10 juin 2016 à 08:23

    Euh je vis à Berlin, cet article est la vision de la journaliste qui n’y était que de passage et n’a reconnu que ce qui la marquée en tant que fumeuse, ayant l’esprit fermé sur la mode et faisant de quelques aperçus des clichés de la ville. Qui sait visiter Berlin autrement y découvrira une ville où se melangent toutes les populations occidentales aux cotes de la population turques dans les quartiers branchés de kreuzberg, neukolln et prenzlauerberg. Les alternatives aux imbiss sont nombreuses et l’on peut facilement y manger fraîchement et sainement pour moindre frais. Les bières font partie de la culture allemande: je soulignerais leur qualité degustative tant elles sont diverses et variées. Bref, si vous voulez visiter Berlin autrement que l’a fait la journaliste, demandez plutôt à quelqu’un qui la connaît!

    • Marie Léon
      # 10 juin 2016 à 10:01

      Bonjour,

      Je voulais faire une chronique humoristique sur le tourisme de masse : regardez mon profil, c’est ce que j’explique dans ma présentation. Je me moque des clichés, tout simplement, mais c’est du second degré, voyons.C’est le but de ces billets.
      Et, s’il vous plait, pas d’idées préconçues sur les journalistes, c’est facile, faux et pénible. Merci.
      Pour le reste : 1) je parle allemand, j’ai été à plusieurs reprises en Allemagne et la bière, désolée, elle coule à flots partout et on est libre de s’en moquer et de ne pas aimer ça.

      2) Je suis allée à Schôneberg,à Neukolln et à Kreuzberg, où j’ai échangé autour d’un verre avec des gens drôles, cools et bien plus faciles d’abord qu’à Paris. J’ai aimé le café Rose à Oranienstrasse mais aussi des terrasses, où j’ai trouvé les gens calmes, polis et souriants. J’insiste : dans cette chronique, je ne suis pas une agence de voyages, j’invite à une balade que je veux ironique et surtout… « différente ».

Laisser un commentaire