3:51 - jeudi septembre 29, 2016

S’hydrater correctement : un outil pour évaluer notre bonne consommation d’eau (rediffusion)

Lu 2545 fois Philippe Boury 1 réaction
© Tobago
© Tobago

Votre corps est-il correctement hydraté ? Une question que l’on ne se pose que très peu souvent, mais qui, une fois l’été arrivé, devient une préoccupation naturelle. Et pourtant, est-on si sûr que nous apportons au quotidien suffisamment d’eau à notre corps ?

Pour répondre à cette question, le Centre d’Information sur l’Eau, le CIEAU, a mis en ligne un kit d’évaluation des apports journaliers en eau. Car il ne suffit pas de compter le nombre de verre d’eau pour être sûr de bien s’hydrater. Il faut aussi prendre en compte tout ce que nous mangeons…

Le CIEAU nous rappelle que dans des conditions de vie normale, pour un adulte en bonne santé, les besoins hydriques sont estimés à environ 2,5 litres par jour.
Au quotidien, ces besoins en eau varient et peuvent avoir des conséquences sur la santé s’ils ne sont pas satisfaits.

Selon notre âge, nos besoins évoluent, et notre métabolisme lui aussi change.
A l’état de foeœtus, notre corps est composé à 97% d’eau. Cette proportion descend déjà à 75% pour un nourrisson… A l’âge adulte, on tombe à 60 % d’eau, pour se situer autour de 55% chez les personnes âgées.
Pour exemple, un adulte de 70kg renferme quelques 42 litres d’eau !

Mais où se loge donc tout ce précieux liquide ?
Un peu partout en vérité. Notre cerveau par exemple est constitué à 80% d’eau ! Nos muscles et nos organes sont constitué à 75% d’eau. C’est ce que l’on appelle l’eau intracellulaire….
Et puis il y a l’eau extra cellulaire, située dans le sang, la lymphe, la salive et les autres sécrétions.

Quotidiennement nous perdons une partie de cette eau. De 100 à 200 ml d’eau sont éliminés tous les jours dans les selles, 250 ml sont perdus avec la respiration.
Et notre peau perd de 0,5 à 1 litre d’eau par jour. Rien qu’en transpirant.

Le reste de l’élimination de l’eau se fait au travers des reins. Ils adaptent ces rejets afin de lutter contre la déshydratation (perte d’eau dans l’organisme) ou, à l’inverse, l’hyperhydratation (l’excès d’eau dans l’organisme).
Si les apports en liquide sont très importants, l’élimination urinaire augmente. Si les apports en liquide sont faibles, le rein limitera l’excrétion de l’eau en se mettant en situation dite « d’antidiurèse ».

Il est donc nécessaire, sous nos régions tempérées, de compenser ces pertes en buvant 1 à 1.5 litre d’eau par jour. Le reste des besoins est couvert par l’eau contenue dans les aliments, le lait, les fruits les légumes, les viandes et les poissons.
Tout en rappelant qu’il vaut mieux boire régulièrement de petites quantités que beaucoup d’un seul coup.

Cette vigilance doit être accrue lors de fortes chaleurs, et notamment pour les enfants en bas âges ou les personnes âgées, qui ne pensent pas forcément à se désaltérer.
De même lors d’efforts physiques il est important de compenser l’eau perdue. Car, la sensation de soif n’est pas un bon indicateur des besoins réels. Quand nous avons soif, la carence en eau existe déjà.

Le CIEAU souligne que chez l’enfant ou la personne âgée une perte d’eau correspond à une diminution de plus de 10 % du poids du corps, une perte considérée comme sévère qui peut nécessiter une hospitalisation. Des pertes en en eau comprises entre 2% et 10% du poids corporel peuvent déjà provoquer des troubles.

Alors pour sensibiliser tous les publics à cette exigence de santé, ce kit d’évaluation de votre hydratation vous permettra de mesurer le volume d’eau contenu dans vos repas pendant 24 heures.
Vous pourrez savoir si vos apports quotidiens en eau sont suffisants.

A travers un questionnaire construit autour de vos différents repas, vous aurez une idée assez précise de la quantité d’eau que vous ingérez au quotidien. Et si elle s’avère insuffisante, rien de plus simple que de compléter avec de grands verres d’eau du robinet ! Un questionnaire à retrouver sur le site du CIEAU.

Les chaleurs estivales sont là pour nous le rappeler… L’eau est primordiale à notre santé. Protégeons-la ! Protégeons-nous !

 

Pour aller plus loin :

The following two tabs change content below.
Philippe Boury
Au début des années 80, Philippe Boury s’est lancé, comme tant d’autres, dans l’aventure des radios libres. Il a ainsi participé, de la banlieue lyonnaise à la région parisienne, à la vie de radios militantes, ouvertes sur la société, soucieuses d’être le reflet de la vie locale, culturelle, politique et associative. Militant associatif lui-même, il a toujours souhaité mêlé ses engagements à sa passion de la radio. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi de rejoindre l’équipe de Fréquence Terre, dont il partage les intérêts : survie de la planète, sensibilisation à l’écologie, information sur le développement durable.

N'oubliez pas de Suivre Fréquence Terre et de partager !
Loading...
0/5 - 0
You need login to vote.
P1130016b

Un apnéiste Hors Norme : Guillaume NERY !

Laifour1FT500

Ardennes françaises mystérieuses (31/61) : LAIFOUR : Des Dames de Meuse et la source ensanglantée

Dans la même thématique :

Utiliser Facebook Pour réagir

Laisser un commentaire