9:28 - jeudi août 17, 2017

Les 30 ans de France Libertés célèbrent les résistances

Lu 4996 fois Philippe Boury 0 respond
© France Libertés

France Libertés a 30 ans. 30 ans d’actions et de combat contre les souffrances des hommes et pour le droit des peuples. Un combat initié dès 1986 par Danielle Mitterrand qui aspire alors à organiser l’alternative pour un monde plus juste et plus humaniste.

Pour marquer cet anniversaire, la Fondation Danielle Mitterrand organise le jeudi 24 novembre une grande soirée pour célébrer toutes les résistances, et décernera deux prix à deux porteurs des valeurs défendues depuis 30 ans.

Les motifs d’engagements qui étaient ceux de Danielle Mitterrand en 1986 sont toujours d’actualité. Ses indignations seraient les mêmes aujourd’hui.

« La Fondation a 30 ans, mais le combat de Danielle Mitterrand sur les résistances date de beaucoup plus longtemps. Elle avait fondé son ambition au moment où elle était avec ses parents dans la résistance au nazisme, quand la France était privée de liberté. Elle a toujours eu un regard de résistante et d’attachement aux personnes qui étaient dans une injustice. Avant la fondation elle avait créé plusieurs associations.

Le travail sur les résistances en 1986 se faisait plutôt sur les droits et libertés des peuples. C’était la fin de l’apartheid, les liens à reconstruire pour la France avec le Dalaï Lama, avec les Sahraoui au Maroc. Au fil du temps, ses résistances se sont plutôt portées sur les droits humains fondamentaux avec la question du droit à l’eau. Et puis il y a également la sauvegarde des peuples autochtones et de leurs modes de vie. »

Film hommage à Danielle Mitterrand réalisé à l’occasion du 25ème anniversaire de France Libertés

Depuis 1986, le monde s’est transformé. Entre la montée des nationalismes, ou les urgences environnementales, elle se serait accaparé ces combats.

« Danielle gardait toujours cette volonté d’éclairer les injustices fondamentales des peuples. On a beaucoup travaillé à l’époque sur le Chili, la Bolivie, ou le Brésil. Plus récemment, il y a eu le peuple Juma en Indonésie. Aujourd’hui, on est dans la volonté d’éclairer toutes les résistances, qu’elles soient liées à des résistances directes comme au Kurdistan. Il y a les résistances vis-à-vis de Daech, et vis-à-vis du terrorisme. Et il y a celles contre le modèle économique omnipotent qui écarte trop souvent les femmes, les enfants et les hommes des réalités qu’il impose. C’est quelque chose de global qui mérite une attention particulière pour imaginer, demain, un monde plus humaniste et plus juste. »

Le jeudi 24 novembre, France Libertés célèbre cet anniversaire. Deux porteurs des combats de la Fondation seront à l’honneur : le collectif Alternatiba et l’écologiste indienne Vandana Shiva.

« La volonté dans cette remise des prix c’est d’éclairer des acteurs avec qui on ne travaille pas forcément, mais qui portent des sujets pour lesquels Danielle Mitterrand s’est toujours sentie investit. Pour le prix « collectif », on a choisi le collectif Alternatiba qui porte depuis plusieurs années la volonté d’expliquer l’ensemble des alternatives qui existent sur la planète pour lutter contre le changement climatique. Pour le prix spécial Danielle Mitterrand, on a choisi Vandana Shiva, qui est une militante indienne qui travaille sur la protection des semences. Son but est que les populations indiennes puissent travailler sur leurs propres semences pour être libres et trouver une indépendance, nécessaire face aux multinationales semencières. C’est une militante acharnée de la lutte contre la biopiraterie. Elle est très heureuse de recevoir ce prix et d’honorer la mémoire de son amie, 5 ans après sa mort. »

© France Libertés

Le dessinateur Wolinski, tombé sous les balles des terroristes à la rédaction de « Charlie Hebdo » avait croqué la fondation en 2001 / © France Libertés

Au-delà de cette remise de prix, quels sont les temps forts de cette soirée du 24 novembre ?

« Il y aura une Agora sur les résistances. L’ambition est d’éclairer les résistances du passé pour comprendre comment les sociétés démocratiques se sont construites. Il s’agit aussi de donner la parole à tous ceux qui portent des résistances. On est dans un moment un peu sombre où l’on sent qu’il y a des risques de dérives et des risques de guerres plus nombreuses. L’idée est que tous ces acteurs porteurs de résistances se sentent soutenus les uns les autres. Il faut fédérer cette ambition de promouvoir un monde plus juste et plus humain pour être fier de construire la société sans avoir l’impression de la subir, et de subir le diktat de l’argent. Quand on parle de la valeur argent, on oublie que valeur, cela veut dire force de vie. Derrière le mot valeur, c’est cette force de vie qu’on veut voir grandir. Pour la faire grandir, les résistances et les alternatives sont les moyens de ne pas se laisser faire tout en proposant des solutions concrètes et accessibles pour tous. C’est quelque chose qui était très important pour Danielle Mitterrand. »

 

Pour aller plus loin :

 

The following two tabs change content below.
Philippe Boury
Au début des années 80, Philippe Boury s’est lancé, comme tant d’autres, dans l’aventure des radios libres. Il a ainsi participé, de la banlieue lyonnaise à la région parisienne, à la vie de radios militantes, ouvertes sur la société, soucieuses d’être le reflet de la vie locale, culturelle, politique et associative. Militant associatif lui-même, il a toujours souhaité mêlé ses engagements à sa passion de la radio. C’est donc tout naturellement qu’il a choisi de rejoindre l’équipe de Fréquence Terre, dont il partage les intérêts : survie de la planète, sensibilisation à l’écologie, information sur le développement durable.

Requins de Méditerranée : quelle réglementation ?

Ardennes françaises mystérieuses (51 et 52/61) : RUMIGNY : Village de savants et SAINT-AIGNAN : Druidesses et fées

Suggestions
Vous souhaitez réagir ?
Leave a Reply