7:23 - jeudi août 17, 2017

Ah, les jolis réveillons…

Lu 4018 fois Marie Léon 0 respond
© Sandrine Garnier

Bonne année  ! Que les choses soient claires : je vais pas vous le faire en toutes les langues. En anglais? Non, non, je suis Française, voyons. Et comme vous tous, mes chers compatriotes, j’ai un accent… pas terrible. En Allemand ? Warum nicht ? En espagnol ou en italien ? Allez, soyons folle : je vous le dis plutôt en breton. Bloavez mad.

Vous l’avez fêté où, vous, le réveillon ? Chez vous ? Entre amis ? En famille ? Ou dehors ? Au restaurant ? Dans la rue, coupe de champagne à la main ? En embrassant tout le monde à minuit ? Surtout les inconnus, bien sûr.  Histoire de bien commencer l’année.

Dès que je peux, moi je passe le Nouvel An à l’étranger. Je sais, c’est d’un snob.
Cette année, j’étais à Madrid. Un peu déçue. Comme à Valence, où j’étais il y a deux ans, il faut prévoir sa soirée à l’avance. Sinon, pas de dîner, les restos sont tous réservés. Résultat : on a fini dans un fast-food. Avec d’autres touristes. Après, on est allées dans le froid faire la queue pendant deux heures. Pour aller où ? Là où il faut être le 31 décembre à minuit à Madrid. Sur la Puerta del sol. Enfin, à côté, parce qu’on n’y accède pas. Emportées par la foule qui s’élance, etc. Les pieds ne touchent plus le sol, on vous bouscule, et puis soudain, ça y est. Chacun sort ses douze grains de raisin à manger en 12 secondes pour les 12 coups de minuit.

Et puis, un verre de cava (ça ressemble très vaguement au champagne) et tout le monde s’en va. Où ? Je ne sais pas. Pas si festive que ça, la capitale espagnole.

Et l’Italie ? Pas mieux. A Milan, ça avait commencé par une excellente trattoria pas très loin du quartier chic. A côté de nous…des Français. A minuit, place du Duomo, scène, musique et à minuit trente… dodo. Décidément.

C’est donc plus au Nord qu’il faut aller pour s’amuser ! Le passage à l’an 2000, je l’avais fêté à Bruxelles. Un souvenir mémorable.

Quelques années plus tard, Amsterdam. Resto indonésien délicieux, cafés ouverts et sympas. Surtout, place du Dam, au moment des douze coups, y avait une super ambiance.

Ah, j’oubliais… Mon rêve de gosse réalisé en 2015. Un réveillon sur une plage les pieds dans l’eau. 38 °. En Thaïlande. Ballons, décompte en musique, vœux d’Australiens, d’Autrichiens, de sud-africains.  Franchement, y a pire. Allez, bonne année.

 

 

 

 

 

The following two tabs change content below.
Marie Léon

Marie Léon

Chroniqueuse Voyage
Journaliste, j'ai écrit sur l'avenir de la brouette et l'art de jeûner. Ecrivain, je me suis trouvé un joli pseudonyme à consonnance russe. Ecolo, je rêve de gifler les cuistres qui jettent des canettes dans la rue, des mégots sur la plage et des sacs plastique dans la mer.
Marie Léon

Derniers articles parMarie Léon (voir tous)

2016, année la plus chaude depuis 1880

Quand la nuit porte conseil : Quelle « joie post-traumatique » ?

Suggestions
Vous souhaitez réagir ?
Leave a Reply