Se chauffer au bois est assurément l’une des solutions les plus respectueuses de l’environnement. Le bois est d’ailleurs la biomasse la plus utilisée en France pour le chauffage, avec 9,4 Mtep consommées en moyenne par an, dont 7,4 Mtep uniquement dans le résidentiel. Pour autant, certains chauffages bois ne présentent pas les qualités environnementales que l’on pourrait attendre d’une source d’énergie renouvelable. Alors, comment choisir un appareil à bois à la fois performant et respectueux de l’environnement ? La réponse est simple : cherchez le label Flamme verte !

Créé en 2000 par les pouvoirs publics, via l’ADEME, et des fabricants de chauffages bois, il garantit aux utilisateurs que leur appareil, inserts, foyers fermés, poêles, cuisinières et chaudières, est peu polluant, sûr et performant. À l’origine, les chauffages bois labellisés Flamme verte devaient remplir plusieurs conditions. Tout d’abord, un rendement énergétique de 70 % au minimum. Ce qui exclu d’emblée les classiques cheminées à foyers ouverts et les cheminées à éthanol. Aucun de ces deux équipements n’est d’ailleurs considéré comme un chauffage. La seconde condition est le respect de l’environnement. Seuls les chauffages bois dont les taux d’émission de gaz à effet de serre, comme le CO2 et les COV, et d’autres polluants, CO, ou les poussières…, étaient labellisés Flamme verte. Car oui, même un chauffage bois peut-être polluant, après tout il n’y a pas de fumée sans feu ! Mais, les chauffages les plus performants limitent les dégagements polluants dans les fumées, notamment en permettant une combustion plus complète.

Pour aller encore plus loin dans la protection de l’environnement, le label Flamme verte a fait peau neuve le 1er janvier 2010. Le nouvel étiquetage comporte désormais des étoiles, notant les appareils de 1 à 5. Seuls les appareils recevant 3, 4 ou 5 étoiles peuvent être labellisés Flamme verte. Ces étoiles sont attribuées en fonction de l’indice de performance environnementale du chauffage. Il est calculé à partir du rendement et du taux de monoxyde de carbone rejeté à l’utilisation. Le CO, gaz polluant et dangereux, est utilisé depuis la création du label comme traceur de l’hygiène de la combustion. L’indice de performance environnementale permet donc de noter les chauffages bois. Ainsi, une étoile est obtenue pour un indice allant de 4 à 5, deux étoiles pour un indice de 3 à 4, trois étoiles pour un indice de 2 à 3, quatre étoiles pour 1 à 2 et enfin cinq étoiles pour un indice compris entre 0 et 1. Les conditions d’obtention du label vont encore être durcies à l’avenir, puisque à partir du 1er janvier 2012, seuls les chauffages bois de 4 et 5 étoiles seront Flamme verte. Puis, dès le 1er janvier 2015, le label sera attribués uniquement aux 5 étoiles.

Aujourd’hui, près de 80 % des appareils vendus sont labellisés Flamme verte, alors, pourquoi pas votre futur chauffage bois ?

Vous pouvez retrouver les infos de cette chronique sur notre site, www.frequenceterre.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici

cinq × trois =