Humeur verte : l’actu déjantée vue depuis Bruxelles, Capitale de l’Europe,  par Pierre Guelff.

Canicules, sécheresses, séismes, tornades, fontes des glaces, chutes des falaises, hausses du niveau des mers, crues torrentielles, le printemps en hiver…, sont généralement le résultat d’une gestion catastrophique de notre , selon la plupart des scientifiques.

La plupart des scientifiques, car il y a les éco-sceptiques qui, selon l’un d’eux qui sévit sur une « grande » radio généraliste en tant que prévisionniste météo, il s’agit de, je le cite, « prise de pouvoir des écologistes sur nos consciences » alors que, je le cite encore, « l’énergie nucléaire est toujours plus propre plus efficace et plus durable que les éoliennes ».

Dans cette ambiance, il est même question que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du (GIEC) aurait sous-estimé les effets du réchauffement climatique afin de ne pas trop déranger Messieurs les éco-sceptiques au nom du, tenez-vous bien, principe du moindre étonnement.

Sans tenir le discours écologiste moralisateur (et tellement lassant), il faut oser dire que nier l’évidence de la dégradation de notre environnement s’apparente à une sorte de révisionnisme d’un génocide planétaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici