Humeur verte : l’actu déjantée vue depuis Bruxelles, Capitale de l’Europe,  par Pierre Guelff.

 Je viens de faire l’acquisition pour une vingtaine d’euros, d’un livre consacré à la méditation dite de pleine conscience, ouvrage accompagné d’un CD.

Comme je n’ai pas fait d’études universitaires, il faudrait qu’on m’explique l’une ou l’autre pensée profonde que recèle cette publication.

La première est : « L’essentiel dans la pratique (de la méditation) n’est pas de faire, ni de « bien faire ». L’essentiel est d’être – et d’être la connaissance, y compris la connaissance de la non-connaissance. »

La deuxième est : « Il ne s’agit pas de penser au souffle ou aux sensations du souffle mais de sentir le souffle, de chevaucher les vagues du souffle comme une feuille sur un étang, ou comme si nous étions à bord d’un radeau flottant sur les douces vagues d’un océan ou d’un lac, sentant les sensations du souffle, moment après moment. »

La troisième : « Quand vous prenez une douche, vérifiez que vous êtes bien dans la douche. Il se peut que vous soyez déjà à une réunion de travail. Peut-être même que la réunion entière est dans la douche avec vous. »

Ceci relève-t-il de la pataphysique ou d’un surréalisme à la belge, l’auteur étant pourtant américain ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici

trois × cinq =