lundi, septembre 26, 2022

Musiques du monde, écologie

Notre webradio diffuse des musiques des sept continents ainsi que des Infos sur les problématiques environnementales et sociales. Quatre fois par jour, vous retrouverez le journal de RFI monde en Français et toute la journée des émissions de nos journalistes et chroniqueurs qui œuvrent à la prise de conscience écologique. L'écologie comme mode alternatif à notre société consumériste.

Quand la nuit porte conseil (11) : Leçons de Vie avec Alexandre Jollien

11056964_10206098411402391_210843509_n (2) - Copie copie2« Quand la nuit porte conseil » : citations, proverbes, paroles de vie, coutumes, légendes, croyances populaires du monde entier… proposés par Pierre Guelff.

« Je suis un anormal. Je suis un handicapé à perpétuité. Démarche chaloupée, voix hésitante ; jusque dans mes gestes les plus infimes, mouvements abrupts de chef d’orchestre drôle et sans rythme : voilà le portrait de l’infirme. Dans un univers de boiteux, celui qui marche droit passe pour anormal », explique Alexandre Jollien dans plusieurs de ses essais. Son apport philosophique à des questions majeures sur l’existence de chaque être humain booste littéralement celui qui se plaint pour des aléas qui paraissent d’une grande banalité par rapport à son handicap. Pourtant, des petites douleurs, physiques, morales, existentielles, peuvent engendrer d’immenses souffrances chez le commun des mortels. Il en est aussi conscient.

Quel est le sens d’une éventuelle souffrance ? Que sont l’art de la rencontre et le goût de l’autre ? Qu’entend-on par chemin de liberté et de légèreté ?

Une première constatation est évoquée par Alexandre Jollien : les adversités rencontrées constituent un terreau sur lequel l’existence va se construire : « Rien n’est jamais perdu ! » clame-t-il.

Deuxième constat : baisser les bras, se résigner équivaudrait à la mort, dès lors, le moment le plus insignifiant devient une occasion de se fortifier.

Troisième constat : la volonté doit s’entretenir comme une flamme.

Il livre une conclusion, que je devine provisoire compte tenu de l’abondance de ses réflexions au fil de ses expériences : la formation de la personnalité exige de se reconnaître vulnérable, perfectible, prendre conscience d’évoluer en terres incertaines, essayer de savoir pourquoi l’on combat…

« La souffrance ne grandit pas, c’est ce qu’on en fait qui peut grandir l’individu », dit-il encore.

Esprit né avec un corps secoué de spasmes, le « légume » pense, ajoute-t-il. On ne peut que s’incliner devant pareil personnage. Et, surtout, le remercier pour ses magistrales leçons de Vie.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

sept − trois =