2Les chroniques «  françaises mystérieuses, sacrées et insolites » sont inspirées de l’ouvrage et d’émissions de Pierre Guelff aux Éditions Jourdan, à la RTBF et TV5 Monde « Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées ». Musique du générique : « Le Réveil ardennais. »(youtube)

Buzancy est cette localité de moins de 400 habitants qui est située dans une jolie vallée où coulent plusieurs ruisseaux, d’où l’étymologie de Buzancy : « Domaine ou Pays des eaux ». « La Hideuse » prend sa source dans une petite vasque rocheuse non loin du château du général Chanzy.

Au XVIIIe siècle, Pierre-Guillaume Tavernier de Boullongne, secrétaire du roi, fit raser l’ancien château fort et éleva à sa place une demeure qui devait être « son Versailles » (parcs, jardins, statues, dépendances, pièces d’eau…) Cela le ruina et le nouveau propriétaire des lieux, Jacques-Mathieu Augeard, secrétaire de Marie-Antoinette, devint le seigneur de Buzancy.

En 1784, un incendie détruisit cette « merveille » et, alors, Augeard fit construire un autre palais de quatre-vingt pièces. À la Révolution, la propriété fut dispersée aux enchères publiques. En 1795, un certain Buquet acheta le palais et, ensuite, il y mit le feu ! La raison de ce coup de folie ? Il ne supporta que Napoléon qui passait à Buzancy (le 11 octobre 1804) déclinât son invitation à déjeuner !

Presque tout devint ruines, pâturages, roseaux…, mais il subsiste un pavillon, qui a la distinction d’un château et de superbes lions sculptés dans la cour.

Dans les bouveries (étables à bœufs) du château d’Augeard se trouve un musée consacré au cheval ardennais.

Buzancyfacebook
Le cheval ardennais méritait bien un musée !

tout-ce-qui-parle-728x90

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici

dix-neuf − 8 =