pgf-ft3001540-1C’est grâce à Bernard Werber qui, page307 de son ouvrage « Demain les chats » (édité chez Albin Michel), dont il est question dans «  sans Frontières », que je me suis intéressé à la « Ronron thérapie » du vétérinaire Jean-Yves Gauchet et que, vraiment, j’ai réalisé le reportage le plus cool de toute ma longue carrière !

Pourquoi cette thérapie ? Parce que, selon lui, le chat émet des vibrations sonores bienfaisantes, anti-stressantes et anti-anxieuses. Le ronron félin agirait même comme un médicament sans effet secondaire.

Ainsi, les basses fréquences atteignent notre cerveau et, du coup, débute la production de sérotonine, c’est-à-dire d’hormone du bonheur.

dsc03110Le ronron régulerait la tension artérielle, boosterait les défenses immunitaires et, ô miracle, aiderait la cicatrisation osseuse.

La ronron thérapie a de nombreux adeptes en Asie au point que des « bars à chats » y font recette. La mode semble même s étendre dans d’autres continents.

Pour terminer cette chronique, voici quelques ronrons en espérant, bien sûr, qu’ils n’endormiront pas nos auditeurs et qu’ils poursuivront l’écoute des programmes de « Fréquence Terre »…

tout-ce-qui-parle-728x90

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici