pgf-ft300Malgré les scandaleuses pressions d’autorités européennes et canadiennes (« des comportements de délinquant politique », a déclaré le président du parti des humanistes belges francophones), le parlement wallon n’a donc pas cédé et le traité CETA ne peut pas être signé en cette fin d’octobre 2016.

Avec l’immense soutien citoyen sur les réseaux sociaux, mais, surtout, de groupes d’agriculteurs, d’artisans, d’organisations écologistes et de consommateurs, ce traité entre l’Union européenne et le Canada ne sera pas ratifié au grand dam des technocrates européens et des multinationales, ainsi que de lobbyistes, auxquels sont scotchés maints politiques.

ceta_stoppen__c_-bofotolux_350_01Le parlement wallon (sans les libéraux) a pleinement joué son rôle de lanceur d’alerte et, subitement, aux Pays-Bas, en Allemagne, en France, même au Québec, des voix s’élèvent pour saluer cette initiative face au diktat Union européenne-Canada.

Cet accord commercial pourra éventuellement se réaliser s’il est expurgé des notions de tribunaux « privés » chapeautés par les multinationales et leurs acolytes, ne plus favoriser le secteur pharmaceutique au détriment de la santé publique, arrêter l’étouffement des économies locales, voire la disparition des petits paysans, préconiser la gestion écologique de l’Environnement et non plus tabler sur un capitalisme tous azimuts…

Cette victoire de la Démocratie sur la technocratie insidieuse des multinationales, laisse peut-être présager une nouvelle vision du traité entre les États-Unis et l’Europe, le fameux et déjà très controversé TTIP qui se négocie pour le moment.

 

Dernière minute (mardi 25 octobre, 16 heures 50) : selon RTL, le bureau du Premier ministre canadien aurait annoncé que, malgré le veto wallon, le traité CETA serait quand même signé le jeudi 27 octobre 2016… Info ou passage en force antidémocratique ou quatrième ultimatum au parlement wallon ou intox ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici

douze + dix-huit =