2Les chroniques «  françaises mystérieuses, sacrées et insolites » sont inspirées de l’ouvrage et d’émissions de Pierre Guelff aux Éditions Jourdan, à la RTBF et TV5 Monde « Ardennes Mystérieuses, Insolites et Sacrées ». Musique du générique : « Le Réveil ardennais. »(youtube)

 

« Rocroi est le genre de ville à visiter d’abord depuis la voie des airs avant d’en arpenter les rues qui sont autant de bras d’une belle étoile sur Terre », selon l’Office de Tourisme local.

Rocroi1ft300
La Bataille de Rocroi par François-Joseph Heim (1787-1865), tableau exposé dans la Galerie des Batailles du Château de Versailles.

 

Trois illustres noms pour présenter Rocroi de manière « historique » : François Ier, Henri II et Vauban, qui ont participé à l’érection de cette place forte au même titre que vingt-cinq autres endroits supposés arrêter les armées ennemies.

Rocroi est aussi une cité connue pour la Bataille de 1643 et la victoire des Français sur l’envahisseur espagnol, grâce au duc d’Enghien, autrement appelé le Grand Condé.

C’est Louis XIII qui, en 1614, acheta ce « roc » qui devint tout logiquement « roc-roi ».

La place d’Armes, où se trouve un puits depuis 1555, est le centre de l’étoile d’où partent les rues menant aux remparts. À dire vrai, dix rues convergent vers le Grand-Puits installé au centre de la place, il est orné de mascarons en bronze à tête de lion.

Trois autres lieux sont proposés par le guide découverte « Les Ardennes » : le Musée de la Bataille, le Circuit de la Bataille et l’Atelier du figuriniste (fabricant de figurines) Denis Huré.

RAUCOURT ET FLABA (France) : Manger, ne pas être mangé !

 Moins de mille habitants et trois fermes fortifiées font partie du patrimoine de ce village qui souffrit beaucoup des bombardements de la Luftwaffe en mai 1940 : Ferme de la Malmaison qui porte les armes des de Mecquenem (le Nobiliaire universel de France regorge de de Mecquenem célèbres, surtout au XIXe siècle), la Ferme de Montgarni et la Ferme de l’Ennemane (petite rivière d’une dizaine de kilomètres, affluent de la Meuse.)

Le Portail du Canton de Raucourt précise au sujet des fermes fortifiées : « Depuis que l’homme est apparu sur la Terre, il n’a eu de cesse que d’en tirer sa subsistance et de se protéger contre un environnement hostile. L’expression « ferme fortifiée » contient cette double préoccupation humaine de tous les temps : manger et ne pas être mangé ! La ferme permet de se nourrir et si elle est fortifiée on peut s’y défendre : nos terroirs ardennais possèdent de nombreuses fermes isolées assez souvent fortifiées ou d’anciennes maisons fortes devenues des fermes. Ces « maisons fortes » montaient la garde aux passages-clés tant dans les vallées que sur les chemins des plateaux, mais pouvaient aussi n’être qu’une auto-défense villageoise ou seigneuriale.

Le plateau qui domine Raucourt et ses environs vers l’Ennemane ou, au sud-ouest, vers la Bar est justement caractérisé par un habitat dispersé qui avait besoin de se défendre contre les bandes armées qui infestaient nos campagnes au cours des guerres interminables, telles que la guerre de Cent ans ou les guerres de Religions. »

 tout-ce-qui-parle-728x90

 

Lire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici

cinq × trois =