7:41 - dimanche novembre 19, 2017

Arrêtons de croire n’importe quoi !

Lu 2383 fois Pierre Guelff 1 respond

La misère, la peur, les affres de la guerre des « autres » nous intéressent-elles encore dans cette société hyper médiatisée où les morts, les atrocités, les déportés et les réfugiés, sont devenus le lot quotidien ?

Comme me le rappelait récemment Matthieu Ricard, auteur, scientifique et traducteur du dalaï-lama, « À l’heure actuelle, un jeune de 20 ans a déjà vu 40 000 morts à la télévision ! »

Amnesty International, par l’organisation d’une information ciblée sous forme d’exposition itinérante (à l’hôtel de ville de Woluwe-Saint-Pierre, commune bruxelloise, jusqu’au 22 septembre, par exemple), tente de briser une banalisation ambiante et, une fois de plus, sensibiliser le citoyen face à la réalité dramatique de statistiques et à divers préjugés.

Certes, une responsable d’Amnesty International évoque une évolution des mentalités dans la population, et c’est heureux, mais, hélas, il reste tant d’autorités à convaincre et, ces derniers temps, d’actions humanitaires à développer davantage, tout en n’oubliant pas les accusations farfelues et non fondées à l’encontre de défenseurs des droits humains en Turquie, autre exemple récent.

 

(propos dans le podcast ci-dessous)

 

Amnesty International s’érige vigoureusement au sujet des préjugés sur la migration et clame : « Arrêtons de croire n’importe quoi ! »

Ce « n’importe quoi », c’est, pêle-mêle, ces migrants qui viennent dans le seul but de percevoir des allocations sociales et prendre le travail des Occidentaux, qui ruinent les finances publiques de ces derniers, que l’Europe est envahie par des criminels et des terroristes…

Contre ces idées reçues, Amnesty International apporte des réponses claires et nettes : ce sont des guerres et des persécutions qui forcent les migrants à se déplacer, aucune aide n’est accordée d’office du simple fait d’être étranger, le coût de l’immigration serait nul. Que du contraire ! selon l’OCDE, de nombreux migrants consomment, paient des impôts, contribuent à l’activité économique du pays qui les accueillent. Quant aux criminels et terroristes, il faut faire la distinction entre eux et les demandeurs d’asile. Les premières victimes d’actes horribles et inhumains, ne sont-ils pas, justement, des gens qui tentent de fuir leur pays ?

En d’autres termes, le « n’importe quoi » peut aisément se transformer en arguments crédibles et tellement plus fraternels !

The following two tabs change content below.
Pierre Guelff
Pierre GUELFF est journaliste, écrivain (Éditions Jourdan) et chroniqueur radio. À travers ses ouvrages, ses émissions et ses chroniques, il défend avec passion la Nature, les notions de « Terroir », de « Tradition »… À « Fréquence Terre », il anime “Littérature sans Frontières”, "Nature sans Frontières" et "La Nuit porte conseil". Sur son site officiel retrouvez toutes ses émissions radio et tv (RTBF, VivaCité, TV5 Monde), ses ouvrages, sa biographie... Son site officiel

Témoins de l’Histoire : de la tradition orale à l’écriture

Les chauffeurs de car ont été parmi les 1er à adopter l'écoconduite. Crédit photo : Bjoern Wylezich

L’écoconduite encore au ralenti

Suggestions
One Response to “Arrêtons de croire n’importe quoi !”
  1. mleze
    # 14 septembre 2017 at 07:54

    A lire certains raisonnements on se demande parfois si les thèmes de l’environnement et de l’écologie ne sont pas devenu la véritable porte de l’extreme droite en Europe. Déja il y a eu en Allemagne une alliance verte-rouge qui s’est defaite au profit d’un alliance bleue-verte (bleue pour CDU), vraisemblablement portée au pouvoir dans 8 jours.  Ensuite il y a la folie de l’olympisme qui n’est pas porteur de fraternité mais de corruption et de recherches transhumaines sur les produits dopants. Il y a la politique de la ville de Paris qui ferme ses portes à tout automobilistes en rejetant ailleurs les saletés qui dérangent les privilégiés. Et ici on nous fait l’extension generale de ce comportement, “ailleurs que chez nous” c’est a dire un raisonnement, ou le monde est un champ de bataille dont on se protege dans le chateau fort de l’Europe. Les chasseurs de loups, d’ours et d’oiseaux ont largement dominé le rapport de force sur les defenseurs de la biodiversité qui seront bientot les indiens de la France comme les indiens d’Amazone sont chassés de leurres terres par les chercheurs de pétrole et les constructeurs de route.

Leave a Reply