Non, le titre de cette chronique « Comment vivre 100 ans » n’est pas une blague de potache ou une affirmation d’un quelconque gourou scotché à une groupe pharmaceutique vantant « le » produit qui rend centenaire… à coups de centaines d’euros la boîte de dix pilules !

Il s’agit de la très sérieuse « Méthode japonaise pour vivre 100 ans », une enquête sociologique menée par Junko Takahashi, journaliste dans des médias japonais, à la BCC, à CNN, à la RAI, à Discovery Channel…, dont le livre vient de paraître à la non moins sérieuse maison d’édition française, Albin Michel.

Une importante enquête effectuée auprès de « super seniors » japonais au sujet de leurs habitudes alimentaires, du nombre d’heures de sommeil nocturne, de leurs croyances, convictions profondes, de leur vie professionnelle et activités actuelles, de leurs projets, préférences, amours et de ce qu’ils détestent le plus…

L’auteure a interrogé des centaines de personnes et elle a établi des comparaisons avec un recordman de natation centenaire, un athlète de 104 ans, une sorte de Bolt du sprint, un photographe, âgé de dix décennies et qui est considéré comme « le centenaire le plus occupé au Japon », une dame de 104 ans qui, dès potron-minet, s’en va promener par monts et par vaux, une nageuse de 102 ans, détentrice de 25 records nationaux et 28 internationaux, la reporter de télévision la plus âgée du monde, elle a 111 ans et reste pleine de tempérament, même devant son Premier ministre, un fervent adepte des poids et haltères à 102 ans…

Le tout en 300 pages de témoignages et d’avis autorisés (gérontologue, personnel de centres pour personnes âgées…) rehaussées de photos de centenaires élégants, optimistes en l’avenir, heureux de vivre.

Outre tout cela, l’ouvrage offre les clés de cette longévité et des conseils empreints d’un et d’une sagesse communicatifs. Du bon sens, quoi !

Il y a aussi une sorte de poème ou d’hymne, que l’on retrouve sur divers objets usuels et même dans de nombreux temples bouddhistes :

« Si la mort vient te chercher à tes 60 ans, dis-lui que tu n’est pas là.

Si la mort vient te chercher à tes 70 ans, dis-lui qu’il est encore un peu tôt pour partir avec elle.

Si la mort vient te chercher à tes 77 ans, dis-lui qu’elle reste tranquille, que la vieillesse vient juste de commencer.

Si la mort vient te chercher à tes 80 ans, dis-lui que tu te sens encore très utile.

Si la mort vient te chercher à tes 88 ans, dis-lui que tu veux encore manger un peu de riz avant de l’accompagner.

Si la mort vient te chercher à tes 90 ans, dis-lui que ce n’est pas la peine de se presser.

Si la mort vient de chercher à tes 99 ans, dis-lui que tu iras quand le moment sera venu. »

Néanmoins, si le niveau sanitaire s’est amplement amélioré, si, aujourd’hui, il y a quatre cents fois plus de centenaires japonais que dans les années 1960, les scientifiques attirent l’attention sur le fait qu’il n’y a pas une recette miracle et unique, mais autant de façons de vivre que de centenaires. Sauf sur un point commun à tous : un esprit ouvert et une attitude combative.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici