Le magazine Télérama soit quelque 2,7 millions de lecteurs pour cet hebdo du Groupe Le Monde, a consacré un reportage à en cet été caniculaire. Sous le titre “Irréductibles de Nature“, voici la présentation de la journaliste Laurence Le Saux :

Lobbies, pollution, climat… Depuis 2003, Fréquence Terre se bat pour l’ grâce à l’énergie de son créateur et de bénévoles indignés. Ce n’est pas tout à fait le village gaulois d’Astérix, qui résiste encore et toujours aux Romains, mais pas loin. Créée en 2003, la webradio Fréquence Terre continue d’exister grâce à ”un noyau d’irréductibles”, selon son fondateur Frédéric Bénot.

(…) Des contenus plutôt hétéroclites, repris par dix-huit radios hertziennes, avec des flashs de RFI et quelques rediffusions d’émissions “vertes” venues d’ailleurs (CO2 mon amour de France Inter, C’est pas du vent sur RFI…), égrenées aussi en ligne dans un flux musical lounge et world music.”

(…) En conclusion à l’article : “Encore et toujours, il (Frédéric Bénot) espère “montrer les atlternatives, sans tomber dans le catastrophisme.