Vous connaissez certainement cet adage : le bonheur c’est d’apprendre. Eh oui, s’instruire fait du bien. S’essayer à une nouvelle activité sportive, manuelle ou intellectuelle est bon pour la santé. La preuve, les formations continuées ne cessent de faire de nouveaux adeptes et les formations online sur le net explosent.

Le mot apprendre vient du latin qui signifie saisir ou prendre.   L’un des bonheurs d’apprendre lorsqu’on découvre et maîtrise une nouvelle chose, c’est que l’on se sent plus fort de ce nouveau savoir. Cela nous donne aussi un nouvel objectif à atteindre avec un enthousiasme ou une excitation inhérente aux nouveaux projets, aux changements et même aux risques que cela peut comporter.

Les illustrations sont évidemment  nombreuses ; je pense à cet homme qui a toujours regretté de ne pas avoir appris la musique durant  son enfance, qui a 70 ans passés, se procure une kalimba et très vite compose ses propres mélodies.

Nous avons besoin de ces petits ou grands défis réguliers pour ressentir de l’émulation, du plaisir, pour renouveler notre appétit de vivre.

D’ailleurs le philosophe Aristote parlait déjà du besoin d’apprendre comme de quelque chose d’instinctif chez l’humain. Apprendre permet de se projeter dans l’avenir et agit comme un moteur.

Il est aujourd’hui tout à fait établi qu’une personne qui aborde de nouvelles disciplines qu’elles soient manuelles, sportives, créatives ou intellectuelles tout au long de sa vie développe des circuits neuronaux et se constitue une « réserve cognitive » qui permet de lutter contre le vieillissement du cerveau.

Pour un adulte l’effort n’est pas rebutant pour autant que la motivation et le plaisir  soient présents. En effet, l’adulte n’a plus les mêmes objectifs que lorsqu’il était enfant. Car l’adulte lorsqu’il était enfant s’efforçait d’apprendre pour avoir de bonnes notes  et dès lors la motivation était une récompense extérieure. Or l’adulte cherche avant tout à satisfaire un besoin de réalisation de soi. Un besoin que,  Abraham Maslow, psychologue humaniste américain  (célèbre pour sa pyramide des besoins) qualifiait de vital au même titre que manger ou dormir.

Il est vrai que nourrir la curiosité  permet d’ouvrir de nouvelles portes, de découvrir une nouvelle facette de soi. Et ajoutons aussi qu’apprendre, c’est interagir et permet la création de plus de liens avec les autres.

En conclusion :

Il faut toute une vie pour apprendre à vivre. Sénèque.

Celui qui aime apprendre est bien près du savoir. Confucius.

On se lasse de tout, excepté d’apprendre. Virgile.

Pour être simple, il faut beaucoup apprendre. Olga Sedakova.

Apprendre, c’est se retrouver. Malcolm de Chazal.

Source : Magazine Flow.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici