Situé dans le splendide environnement de la vallée de la Nonette, rivière d’une quarantaine de kilomètres, le Château de Chantilly est, selon l’écrivain Louis-Sébastien Mercier, « le plus beau mariage qu’aient jamais fait l’art et la nature ». La crème des châteaux, en somme !

Le château de Chantilly (Photo Pierre Guelff).

Si le site fut occupé par une forteresse médiévale avec sept tours, les Grandes Écuries, chef-d’œuvre architectural, abritent à présent le Musée vivant du Cheval, alors que le château accueille le Musée Condé et que les jardins sont le fruit de l’admirable création d’André Le Nôtre, le courtisan et ami de Louis XIV.

Le Domaine de Chantilly, c’est, donc, la deuxième collection de peintures anciennes après Le Louvre, des animations équestres, des activités nautiques, le labyrinthe des Princes, des expositions thématiques et, bien entendu, la dégustation d’une pâtisserie avec une bonne crème fraîche, de la Chantilly, dont l’inventeur marqua l’Histoire et la gastronomie !

Bossuet (Photo Pierre Guelff)
La Bruyère (Photo Pierre Guelff)

Avant de reparler de cette crème, il est bon de préciser aux visiteurs contemporains qu’ils mettent leurs pas dans ceux d’illustres personnages, tels La Fontaine, La Bruyère, le lieu lui inspira « Caractères », œuvre publiée en 1688, Bossuet, Madame de Sévigné et Madame de La Fayette y séjournèrent également, quant à Molière, il y créa « Les précieuses ridicules »… Aujourd’hui, quelque 450.000 visiteurs parcourent le domaine et celui-ci regorge de multiples anecdotes…

 

L’esplanade (Photo Pierre Guelff)

… parmi les anecdotes, citons la construction d’un jeu de l’oie géant avec ses cases disposées en spirale et ses stations (pont, puits, prison…), celle d’un grand labyrinthe, d’un Jeu de Paume, d’un jardin anglo-chinois, d’un hameau où village paysan qui inspira la reine Marie-Antoinette…

Musée du cheval (Photo Pierre Guelff)

Le château de Chantilly fut confisqué comme bien national à la Révolution, envahi, pillé par des gardes nationaux, utilisé comme prison sous la Terreur, vendu en 1799, démoli pour récupérer des matériaux, seuls le Petit Château et les Grandes Écuries échappèrent à la destruction.

Henri d’Orléans fit reconstruire un château sur les anciennes fondations, y accumula des collections et légua l’ensemble à l’Institut de France en 1886. Lors de la Première Guerre mondiale, Chantilly fut le quartier général du Maréchal Joffre et le lieu de réunions entre les Alliés.

Une dernière anecdote : lorsque vous dégustez une pâtisserie à la crème Chantilly, sachez qu’il fut question d’un somptueux repas auquel participait le Roi-Soleil et, selon Madame de Sévigné, le maître d’hôtel était François Vatel, célèbre pâtissier-traiteur, inventeur de ladite crème Chantilly. Ne voyant pas arriver les poissons commandés pour le banquet, il ne supporta pas cet affront et se suicida.

Outre la gloire avec sa crème, François Vatel passa à la postérité dans la littérature grâce à Alexandre Dumas, Gérard de Nerval, Guillaume Apollinaire, et au cinéma avec Gérard Depardieu dans « Vatel », film d’ouverture à un festival de Cannes. Également, la crème de la littérature et du cinéma !

À la semaine prochaine !

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici