« Je sais qui tu es et avec ma force de séduction je vais pouvoir te manipuler à ma guise … » Mais non pas du tout, rassurez-vous je vais plutôt vous inviter à rester bien à l’écoute de votre personnalité afin que vous puissiez  mettre toute votre attention dans l’observation de la relation et profiter du meilleur dans les diverses rencontres que la vie vous offre.

Sans doute, avons-nous  tous rêvé un jour de mettre à nu telle ou telle personne dont le mystère résistait à notre observation. Et il est vrai que dès notre naissance nous passons le plus clair de notre temps à interpréter le monde et le comportement des gens.  De plus, les informations que nous recevons et transmettons à notre insu sont à la base de toute communication.

« Je sais qui tu es » est écrit par Pascale Chapaux-Morelli et paru aux éditions Albin Michel. C’est une sorte de guide afin de repérer les manipulateurs qui sont parmi nous. L’auteure nous propose d’analyser et d’éviter les pièges que certaines personnes manipulatrices nous tendent.

La première règle d’or est d’être à l’écoute de son humeur du moment. En effet, si je vis une séparation,  ou un autre moment difficile, je suis plus fragile et ma vulnérabilité est beaucoup plus haute. Une tendance naturelle est de projeter sur autrui ses pensées, ses peurs, ses désirs, ses attentes. Mais le risque est d’idéaliser l’autre et d’occulter des petits signes d’alerte.

Bien entendu, aucun geste ou attitude pris isolément ne peut avoir de signification probante. Par contre regarder s’il y a une cohérence ou absence de cohérence entre l’attitude et le discours verbal, là c’est un indicateur fort. Quand vous voyez un sourire sincère, il y a une  mobilisation de tous les muscles du visage, les yeux se plissent et de petites rides se forment, à contrario un sourire manipulateur se limite aux lèvres et le regard n’est alors pas en concordance.

Vous l’avez compris, pour éviter de se faire manipuler, il est essentiel de posséder certaines cartes.

Et à ce propos, Pascale Chapeaux –Morelli apporte une touche originale, elle nous invite à valoriser nos défauts. Eh oui, un défaut n’est pas là par hasard ; un défaut peut nous sauver de cette injonction de perfection, de rendement, ou de compétition. Par exemple l’autre face de l’impatience est la vitalité ou la spontanéité. L’essentiel est de ne pas se laisser influencer par le jugement d’autrui.

Dans votre jeu de cartes, il s’agira surtout de renforcer vos ressources personnelles et pour se faire il vous faudra être attentif à vos ressentis, à vos réactions face à autrui, il vous faudra aussi se méfier de votre fragilité, ne pas hésiter à prendre son temps. Ensuite, n’oubliez pas de piocher la carte joker, d’oser et savoir dire « non » et puis in fine la carte essentielle, la carte royale : se libérer de sa dépendance affective.

 

Pascale Chapeaux-Morelli est docteure en psychologie et enseigne à Paris 8 et auteure de La Manipulation affective dans le couple et Faire face à un pervers narcissique.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Postez votre commentaire ici
Entrez votre nom ici