14 juin 2021
spot_img

L’inquiétant « NOUS reviendrons » de Trump  (Partenariat avec POUR)

L’actualité exhume parfois des paroles pour les faire résonner aux oreilles du présent et, à ce propos, les éditos d’Albert Camus dans le quotidien Combat ne manquent pas de références. En voici un exemple frappant.

Alors que les démocrates, les progressistes et les humanistes se réjouissent, à juste titre, du départ de Donald Trump de la Maison Blanche, quelques mots prononcés par l’ancien président avant de prendre la direction de sa nouvelle résidence en Floride laissent planer un doute qu’il y aurait lieu de ne pas trop négliger.

Ainsi, il a clamé du haut de son ego et de son attitude hautaine : « Nous reviendrons d’une manière ou d’une autre ! » ?

Le « nous » était-il seulement majestatif ou bien était-ce un nouvel appel à ses hordes fascisantes à se remobiliser pour mettre en péril la démocratie ? L’avenir nous l’apprendra et, en attendant, relisons Albert Camus qui, en 1946, écrivait : « Quelque chose en nous a été détruit et ce quelque chose est cette éternelle confiance de l’homme, qui lui a toujours fait croire qu’on pouvait tirer d’un autre homme des réactions humaines en lui parlant le langage de l’humanité. Nous avons vu mentir, avilir, tuer, déporter, torturer et à chaque fois il n’était pas possible de persuader ceux qui le faisaient de ne pas le faire, parce qu’ils étaient sûrs d’eux et parce qu’on ne persuade pas une abstraction, c’est-à-dire le représentant d’une idéologie. »

Et, dans le cas de Trump, cette idéologie est le trumpisme lui-même : un mélange de fascisme et de populisme qu’il ne semble pas vouloir troquer contre une retraite dorée au cœur de son golf à Mar-a-Lago.

 

Photo : Pixabay libre de droit.

du même auteur