21 mai 2021
spot_img

Inventons notre avenir ! (2/2)

Vous n’êtes pas impuissant. Au contraire, chacun de vos actes est plein de sens et vous avez un rôle à jouer. Et sachez que la colère qui se mue en conviction est invincible.
Ainsi parlent Christiana Figueres et Tom Rivett-Carnac, auteurs de l’ouvrage « Inventons notre avenir ! » publié chez Albin Michel. Ceux-ci ont joué un rôle clé dans l’accord de Paris et ils ont cofondé Global Optimism, une organisation dédiée au changement environnemental. Ils collaborent avec les plus grands écologistes comme Al Gore, Jane Goodall ou Greta Thunberg.


À savoir, les trois états d’esprit fondamentaux pour une cocréation d’un monde meilleur sont l’optimisme inébranlable, l’abondance infinie, la régénération totale.
Le défi a beau être intimidant, ensemble nous avons tout ce qu’il faut pour le relever maintenant. En revanche, cette invitation exige une réponse immédiate. Deux dates 2030 et 2050.
Nous sommes dans le même bateau, soit on gagne cette bataille ensemble, soit on la perd ensemble.
Alors pour être optimiste, il faut commencer par admettre les mauvaises nouvelles sur le climat. L’optimisme c’est être capable d’identifier un autre avenir de façon intentionnelle afin de le faire advenir plus rapidement. Les incertitudes doivent être acceptées, il faut être prêt à prendre des risques de se tromper. L’optimisme rend fort, il est le moteur derrière le désir de s’engager, de contribuer, de faire la différence. L’optimisme c’est avoir une confiance indéfectible en notre capacité à relever les défis, c’est faire le choix de travailler dur pour améliorer notre réalité.
Nous n’avons plus le choix, hormis mettre la priorité sur la collaboration. Et il est rare que l’expérience de collaboration ne s’avère pas enrichissante.
Chacun d’entre nous doit faire le nécessaire maintenant.
Parmi les dix actions nécessaires : Dire adieu au vieux monde, et cultiver une vision positive de l’avenir. Vivre en citoyen plutôt qu’en consommateur. Replanter des arbres. Exiger un numérique responsable. Faire de la politique.
Aujourd’hui la planète est en péril et elle a atteint les limites de ses capacités à se régénérer. Nous vivons ensemble sur la Terre et ensemble nous pouvons repenser totalement notre place dans le monde.

du même auteur