3 juin 2021
spot_img

Témoignage de Jane Fonda :  face aux usines agricoles, l’agriculture génératrice (3/4)

La troisième chronique consacrée à Que faire ? de Jane Fonda (Albin Michel) évoque la poursuite des manifestations organisées par l’actrice devant le Capitole à Washington et est consacrée à l’alimentation et à l’agriculture.

Il a été mis en évidence la disparition progressive du monde rural pour faire place à des usines agricoles où règnent les pesticides, les engrais à base de pétrole et les intrants chimiques, ce qui fait diminuer la valeur nutritionnelle des cultures.

Cependant, malgré les difficultés de la tâche, on assiste de plus en plus à l’éclosion d’une agriculture revenant au cycle de la nature, soit une agriculture génératrice.

Il fut aussi abordé le problème des migrations et des droits des êtres humains. Quelque 200 millions de réfugiés climatiques pour cause d’incendies gigantesques, d’inondations ravageuses, d’élévation du niveau des mers, de sécheresses mortelles…

Je ne puis qu’emboîter le pas de Jane Fonda lorsqu’elle dit que notre existence est réellement plus riche, notre horizon élargi et notre communauté renforcée dès lors que l’on s’ouvre à d’autres cultures et à d’autres vies que la nôtre.

Le Nouveau Pacte Vert (Green New Deal) développé par le mouvement initié par l’actrice et ses nombreux partenaires n’oublie pas les emplois et la transition juste.

Elle s’en expliqua : « Quand on parle de sortir de l’énergie fossile pour aller vers un avenir durable, il faut toujours assumer une transition juste pour la main-d’œuvre et des populations dont la vie va être directement impactée. »

Effectivement, il ne faut pas que l’industrie verte reproduise les pratiques contestables de l’industrie fossile. Ainsi, il a été constaté le monopole de la fabrication des éoliennes par cinq fabricants possédant la moitié des parts du marché mondial et qui abusent de délocalisations, extraient des matières premières dans des conditions moralement inacceptables, notamment par des enfants et sans tenir compte des peuples défendant leurs terres.

Il y a donc lieu de combattre à la fois les inégalités et le dérèglement climatique.

Un autre Vendredi Alerte Incendie fut dévolu à la santé et au changement climatique. Un grand défi pour les gouvernants qui nient la réalité : pollution de l’air accrue, cancers en augmentation, phénomènes climatiques de plus en plus extrêmes, réfugiés climatiques en hausse, diminution des réserves en eau potable, difficultés d’accès à une nourriture saine, peut-être même diminution inquiétante de l’oxygène, canicules plus marquées et intenses, santé mentale atteinte avec des anxiétés récurrentes chez les gens, prolifération croissante de maladies infectieuses, davantage de risques de mortalité infantile…

Dans ces domaines, souligna Jane Fonda, faire acte de désobéissance civile est une manière de communiquer l’urgence de la crise et la nécessité d’agir.

« Nous devons demander des comptes à ceux qui volent un avenir sain, viable et moralement acceptable à nos enfants et petits-enfants. Nous devons être solidaires, réveiller les autres et être une force révolutionnaire », clama-t-elle lors de sa nouvelle arrestation par la police, le jour de ses 82 ans.

Tous mes remerciements à Florence Godfernaux et Raphaëlle Gourvat, attachées de presse aux Éditions Albin Michel, à Greenpeace, à Tim Aubry, photographe, et, bien sûr, à Jane Fonda pour les documents photographiques et informations.

 

du même auteur