21 septembre 2021

Podcasts écologie & environnement

Fréquence Terre est un site de l'association Média Plus. L'équipe de Fréquence Terre œuvre à la prise de conscience écologique. L'écologie comme mode de vie alternatif à notre société consumériste. Vous pouvez vous aussi partager votre vision d'une vie plus en lien avec la nature en rejoignant notre action de sensibilisation.

Vous allez bien ? Pourtant, la planète flambe ou se noie… (Partenariat POUR)

Tout va bien ! Le consumérisme est reparti à fond les manettes, les autoroutes sont gorgées de vacanciers, les avions redécollent en abondance vers des plages privatisées et des paradis fiscaux, après l’Euro et le Tour de France, voici les Jeux Olympiques de Tokyo, les plus chers de l’histoire, selon diverses sources, et avant le scandaleux Mondial de foot au Qatar, grand pays des droits humains, comme on le sait.

Pourtant, outre la reprise fulgurante de la pandémie, cet été 2021 voit une série de catastrophes qu’avec indécence certains appellent encore « naturelles ».

L’extraordinaire solidarité de citoyens, de bénévoles, de pompiers et services de la Protection civile, certains venus de France, et des secours de la Croix-Rouge de Belgique, lors de la catastrophe en Wallonie (Photo Croix-Rouge de Belgique).

En cause, le réchauffement climatique qui exacerbe les vagues de chaleur et les sécheresses.

D’autres ricanent, à tort, ou alors en pleine connaissance de cause, quand on met sur le dos de ce même réchauffement climatique les précipitations d’eau extrême, les pluies torrentielles qui dévastent des régions entières.

Document publié sur les réseaux sociaux.

L’explication est la suivante : plus l’atmosphère est chaude, plus elle contient une quantité de vapeur d’eau. Les climatologues avancent les chiffres suivants : un degré supplémentaire par rapport à la normale fait 7% supplémentaires de vapeur d’eau.

Et, disent-ils, ce n’est qu’un début à défaut de prendre des mesures ambitieuses, que ne se lasse pas de rappeler Fréquence Terre depuis une quinzaine d’années.

Alors, que pensent-ils les climatosceptiques des 4 000 km² de forêts brûlées en Oregon, des 49,5°C au Canada, des 34,5°C au nord de la Norvège, des 300 incendies de forêts en Colombie-Britannique en une semaine ?

Et que pensent-ils des inondations dévastatrices et leurs centaines de morts dans l’ouest de l’Allemagne, en Suisse, en Autriche, au Luxembourg, en Wallonie et le million de personnes menacées par la famine à Madagascar ?

Tout ça semble devenu banal et pourtant…

Prenons un exemple très simple avec la bétonisation des villes et, mêmes de certaines berges de cours d’eau ou de vallées verdoyantes. Bétonisation qui est la cause d’incontestables inondations et d’un accroissement de la température ambiante.

Quartier du Chien Vert à 1150 Bruxelles (Montage photo Pierre Guelff)

Les nombreux Français qui travaillent, habitent et visitent Bruxelles peuvent le constater : les élus de la capitale de l’Europe sont obsédés par la construction de mastodontes de bureaux et de logements au détriment de la restauration de bâtiments et de maisons (certaines étant classées au patrimoine immobilier), au point qu’il a été donné le nom de « bruxellisation » à cette attitude.

On aurait pu penser et espérer que la situation climatique catastrophique les ferait changer de politique, que du contraire, ils s’arcboutent plus que jamais à leurs programmes (souvent contraires à leurs promesses électorales, mais ça, c’est une autre histoire).

À Woluwe-Saint-Pierre, une commune bruxelloise dirigée par de prétendus humanistes et écologistes, sept maisons villageoises, autant de jardinets et un espace de verdure public (quartier du Chien Vert) devraient faire place à un immeuble-paquebot, malgré deux années d’une lutte citoyenne aux arguments écologiques et sociétaux indéniables. Passez, il n’y a rien à voir !

Il y a quelques heures, des activistes ont rappelé à ces élus qu’ils ont pourtant adhéré à la charte intitulée « Urgence climatique ». Croyez-vous qu’ils furent touchés ?

« Urgence climatique : on agit avant d’être cuits ou noyés – Extinction Rebellion » (Photo Pierre Guelff)

Mais, que les Français ne ricanent pas de cette mauvaise « blague belge », si j’ose dire. Ne viennent-ils pas d’apprendre que le pass sanitaire ne sera pas imposé aux députés de l’Assemblée nationale française au nom du principe du libre exercice du mandat parlementaire ?

 

du même auteur