24 octobre 2021

Podcasts écologie & environnement

Fréquence Terre est un site de l'association Média Plus. L'équipe de Fréquence Terre œuvre à la prise de conscience écologique. L'écologie comme mode de vie alternatif à notre société consumériste. Vous pouvez vous aussi partager votre vision d'une vie plus en lien avec la nature en rejoignant notre action de sensibilisation.

Climat : le chien-militant (Partenariat avec POUR)

Le dimanche 10 octobre 2021, dans les rues de la Capitale de l’Europe, nous étions 70.000 selon les organisateurs, 50.000 d’après la police, 25.000 pour le quotidien Le Soir subventionné par l’État, à défiler pour le climat.

Bien avant la Marche pour le Climat, Victor Hugo, qui fut un véritable défenseur de la Nature, écrivit : « Le chien, c’est la vertu – Qui ne pouvait se faire homme, s’est faite bête. »

Pourquoi citer ces propos canins ?

Parce que, incontestablement, « la » vedette du cortège fut un chien tenu en laisse par son maître. Le bel animal portait sous le cou une pancarte de carton (Photos Marie-Paule Peuteman, Fréquence Terre) : « Nos politiques traînent la patte, alors j’ouvre ma gueule pour le climat ».

Durant ce temps, ses amis les êtres humains brandissaient d’autres slogans dans une harmonie parfaite qui en disait long sur leur détermination face à l’inertie politicienne, le fameux bla-bla-bla cher à Greta Thunberg :

« Honte aux décideurs », « Changeons le système pas le climat », « Merci les banques ! », « Ne pas casser ma planète », « Nous sommes prêts à agir, et vous les politiciens ? », « Protégeons notre planète, ce n’est pas une poubelle », « Assez marché ! Luttes locales et résistance globale », « Justice ? Quand les billets de banque pèsent plus qu’une vie… », « Les changements climatiques ne connaissent pas de frontières du Nord au Sud »…

Le lendemain de cette démonstration de masse, des activistes ont envahi et occupé le siège du parti ECOLO pour attirer l’attention de la population sur le leurre que représente cette formation politique prétendue écologique et qui ne cesse de composer avec le capitalisme, comme le prouve sa section de Woluwe-Saint-Pierre dans la périphérie bruxelloise, où ECOLO avalise la politique de bétonisation de différents quartiers, de mèche avec les promoteurs immobiliers.

De plus en plus, les citoyens montrent et démontrent aux politiciens qu’ils ne sont plus dupes et que leur bla-bla-bla est débusqué. L’heure de passer aux actes a sonné. Puisse-t-elle ne pas devenir un glas pour l’humanité.

 

 

du même auteur