samedi, septembre 24, 2022

Musiques du monde, écologie

Notre webradio diffuse des musiques du monde des 7 continents et des Infos environnement. 4 fois par jour, retrouvez le journal de RFI monde en Français et toute la journée des émissions de nos journalistes qui œuvrent à la prise de conscience écologique. L'écologie comme mode de vie alternatif à notre société consumériste.

Qui est vraiment responsable de la crise climatique ? (Partenariat POUR)

La crise climatique est causée par l’activité humaine, entend-on lors de débats sur cette épineuse et dramatique situation. Il serait plus juste de dire qu’il s’agit de l’activité humaine développée dans le seul intérêt des décideurs du système capitaliste.

Dès lors, que peut-on proposer pour éradiquer les méfaits de ce système ultralibéral ?

Les gouvernements pourraient supprimer toutes les subventions publiques et tous les investissements dans les combustibles fossiles et remplacer cela par des énergies renouvelables, des vraies, bien entendu !

Car, ne tombons surtout pas dans le piège concocté par le système capitaliste teinté de vert qui prend plus du climat que ce qu’il lui donne, qu’il fait porter aux classes populaires le poids de la crise climatique qu’il a lui-même provoquée.

« Le système capitaliste est destructeur, inefficace et imprudent car son objectif est le profit privé et non le bien public », souligne Keishia Taylor de l’ISA.[1]

Sa solution est la suivante : « Une économie publique et planifiée avec un réel contrôle démocratique effectué par les travailleurs pourrait créer des millions d’emplois durables, avec de bons salaires et de bonnes conditions de travail, pour construire de nouvelles industries publiques écologiques. »

Nous ne pouvons pas contrôler ce que nous ne possédons pas, aurait dit La Palice. Pourtant, la structure capitaliste a l’art de nous conditionner : ceux qui ne vivent pas près de transports en commun sont obligés d’acquérir une voiture, ceux qui triment toute la semaine à des cadences infernales sont tout autant obligés de consommer des plats préemballés et de malbouffer au fast-food, ceux qui ont des revenus indécents sont obligés de se vêtir dans des fast fashion si peu respectueux des gosses qui travaillent pour eux et de l’environnement.

La conclusion de Keisha Taylor : « Il faut instaurer une économie qui ne serait plus de faire du profit pour une petite élite, mais de satisfaire les besoins humains de manière durable. »

Utopie ? Le regretté Cabu nous dit que l’utopie n’est pas ce qui est irréalisable, mais ce qui est irréalisé. Il fut assassiné pour ses idées. Comme le capitalisme assassine la planète pour son fric.

[1] International Socialist Alternative, Irlande.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

4 × trois =